Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

La Kunsthalle a Mulhouse

« Presque la même chose » à la Kunsthalle 01/03/2015

Zoom sur la nouvelle exposition de la Kunsthalle de Mulhouse « Presque la même chose » du 12 février au 10 mai 2015.

« Presque la même chose », le nom de l’exposition de la Kunsthalle renvoie à un essai de l’écrivain et essayiste italien Umberto Eco intitulé Dire presque la même chose.

Umberto Eco est un romancier, essayiste, philosophe et traducteur italien. Il est mondialement connu pour ses romans et notamment pour Au nom de la rose, publié en 1980,  vendu à plus de 17 millions d’exemplaires dans le monde et traduit dans 26 langues. Son roman sera d’ailleurs l’objet d’une adaptation cinématographique de Jean-Jacques Annaud en 1986 avec Sean Connery. En 2006, il publie Dire presque la même chose, aux éditions Grasset – titre traduit en anglais par Mouse or Rat ? – Translation as negociation, comme une mise en pratique de ce questionnement autour de la traduction.

Dans Dire presque la même chose, sous-titré « Expériences de traduction », Umberto Eco pose le problème de la traduction qui peut complètement dénaturer un texte dans sa langue d’origine. Umberto Eco résume ainsi ce problème : « Supposons que dans un roman anglais, un personnage dise it’s raining cats and dogs. Le traducteur qui, pensant dire la même chose, traduirait littéralement par il pleut des chats et des chiens serait stupide. On le traduirait par il pleut à torrents ou il pleut des cordes. » Dans son essai, Umberto Eco revient sur ces différents problèmes de traduction à travers l’évocation de ses propres expériences et s’appuie sur trois rapports différents au livre, en tant qu’auteur, en tant qu’éditeur et en tant que traducteur. « Traduire ne permet pas de dire la même chose, mais au mieux, presque la même chose. »

 

 

 

Sandrine Wyman, directrice de la Kunsthalle de Mulhouse, a choisi de suivre les quatorze chapitres de l’ouvrage d’Umberto Eco et d’en faire la trame de son exposition afin de renouer une nouvelle fois avec le registre du mot et du sens, après l’exposition « Salon de lecture » en 2011.

Exposition Presque la meme chose à la Kunsthalle

L’exposition « Presque la même chose » amène les visiteurs à mettre à profit différents sens : la vue, l’ouïe et le toucher, en reprenant l’organisation du questionnement d’Umberto Eco dans son livre. Elle invite à la découverte de la problématique de la traduction et de la transmission du sens.

Treize artistes de tous horizons ont été invités à explorer la question de la traduction, à partir de l’initiative d’Umberto Eco. L’art est mis au service de la traduction afin d’essayer de parvenir à une communication mutuelle par la photographie, la vidéo, les sons, les dessins, etc. tous les différents moyens artistiques pour permettre la compréhension de l’autre, visée principale de la traduction.

 

L’exposition nous invite à découvrir les œuvres de treize artistes éminemment différents mais qui tentent tous de réfléchir à la question de la traduction et de la transmission du sens, à travers différents types de langages.

Nicolas Lamas a appliqué les enjeux de la traduction à l’échelle mondiale et absolument actuelle dans son œuvre Fracturas : il a entré dans Google Traduction un poème qu’il a traduit en 64 langues, soit 64 poèmes regroupés dans un livre. Véritable téléphone arabe, au bout du processus, le long poème est appauvri et ne fait plus que quelques mots.

Ignasi Aballi - Translation of a painting of Saint Jerome

L’œuvre d’Ignasi Aballi est assez révélatrice du projet de l’exposition. Dans Translation of a painting of Saint Jérome by C. Massysi, Ignasi Aballi offre une œuvre qui propose la description factuelle d’un tableau en relevant les différents éléments du tableau et en les situant sur la toile en six langues : bateau, mer, arrière-plan, etc. la traduction d’une œuvre d’art.

Ilan Manouach - Shapereader

Ilan Manouach, artiste grec, offre à l’exposition son œuvre la plus spectaculaire. Son œuvre Shapereader est une déclinaison en 57 plaques de gravure laser sur bois sur lesquelles sont incrustées des œuvres littéraires graphique en braille, accessibles à un public malvoyant.

Trois exemples de ces œuvres qui se questionnent sur la traduction, sur la communication et sur le partage des sens. Une exposition qui mêle tous les domaines artistiques et qui ravira petits et grands jusqu’au 10 mai.

 

Au programme également, des conférences autour de la thématique de la traduction à suivre tout au long de l’exposition :

 

  • De l’impossible au possible : l’expérience de la traduction chez Louis Wolfson, conférence proposée par Frédéric Martin, éditeur chez Le Tripode,

 

  • Traduire la couleur : voir et penser autrement..., une conférence proposée par Annie Mollard-Desfour, linguiste-lexicographe.

 La Kunsthalle a Mulhouse

La Kunsthalle est le Centre d’Art Contemporain de la ville de Mulhouse. Inaugurée en 2009, elle partage le bâtiment de la Fonderie avec l’Université de Haute-Alsace.

 

 

Plus d’informations et le programme complet, ainsi que des descriptifs des différentes œuvres proposées sur le site de la Kunsthalle de Mulhouse.

 

Où et quand ?

 

Depuis le 12 février au 10 mai 2015,

à la Kunsthalle Mulhouse

Centre d’Art Contemporain

16 rue de la Fonderie

68093 Mulhouse Cedex