Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

doisneauCathedrale-Strasbourg-1945

L’Alsace vue par Robert Doisneau 04/01/2015

Suite à une commande, Robert Doisneau se rend en Alsace en 1945 pour immortaliser paysages et fragments de vies. Coup de projecteur sur les œuvres qui résultent de ce voyage.


Pendant l’été 1945, Robert Doisneau se rend en Alsace et parcourt la région. A cette occasion, il prend de nombreux clichés. Le photographe, alors âgé de 33 ans, est au début de sa carrière. Précisons que l’Alsace ne lui est pas inconnue puisqu’il s’y est rendu, plus de dix ans auparavant, en 1933, afin d’y effectuer son service militaire. Il y a ensuite été appelé, en 1939, avant d’être réformé pour maladie et de s’engager dans la résistance. Dans de pareilles circonstances, inutile de préciser que la région n‘évoque pas de bons souvenirs à ce parisien d’origine, diplômé de l’Ecole Estienne où il a étudié les arts graphiques.

Pendant longtemps, les photographies réalisées pendant ce voyage ne sont pas présentées au public et restent enfouies dans son atelier, situé à Montrouge en région parisienne. Il y a quelques années, les filles de l’artiste, Annette Doisneau et Francine Deroudille, décident de sortir les clichés alsaciens de l’oubli. A l’origine de cette initiative, une rencontre avec Vladimir Vasak, correspondant de la chaîne Arte en Alsace, président du Club de la presse de Strasbourg. Venu réaliser un reportage sur le photographe, il découvre plus de cent cinquante photographies de la région. Ces dernières immortalisent des fragments de vies, ont été prises en ville comme à la campagne, représentent aussi bien de simples scènes de la vie quotidienne que des monuments ou lieux emblématiques comme la cathédrale de Strasbourg. On retrouve aussi des paysages, des forêts, des montagnes, les rues animées des villages... Une Alsace typique et traditionnelle !

Le style de Doisneau, sa touche si particulière qui permet d’identifier ses photographies transparaissent dans cette série. On retrouve aussi les thèmes qui lui sont chers : des groupes en pleine discussion, des couples enlacés, des enfants posant et jouant, des costumes traditionnels, la fameuse coiffe alsacienne ou encore les maisons à colombages.

 

place-du-marchce-cochon-1945

« Place du marché au cochon de lait de Strasbourg », 14 juillet 1945

 


foret-1945

« La Forêt entre Sainte Odile et les ruines du château d’Andlau », 1945

 


thann-cremation-des-sapins-1945

« Thann jour de la fête de la crémation des sapins », 1945


 

Ses images offrent une vision calme et apaisée de l’Alsace d’après-guerre, les ravages du conflit semblent - dans la plupart des cas - gommés, ignorés par Robert Doisneau. On ressent davantage l’émotion d’une région heureuse de retrouver sa liberté que les souffrances de l’annexion nazie. Néanmoins, si elles offrent une vision partielle et épurée de cette période, elles constituent l’un des rares témoignages photographiques – aussi riche du moins - de cette époque et méritent à ce titre qu’on s’y attarde. Bien sûr, c’est volontairement que l’artiste reste en retrait et se focalise sur certains aspects de la région. En effet, il réalise cette série suite à une commande de Pierre Braun – imprimeur, ce dernier dirige également « Le Point », une revue littéraire. Ces images étant destinées à un livre de voyage, leur objectif premier n’est pas de dépeindre l’actualité mais plutôt de montrer la beauté, la richesse et la diversité de la région. Bien sûr, officieusement la vocation de cet ouvrage est également politique, il est nécessaire de montrer une Alsace optimiste, attachée à la France. Pour des raisons qui nous sont inconnues ce livre ne verra finalement pas le jour et l’artiste, jugeant ces clichés trop classiques, choisit de les mettre de côté.  

 

ramoneur-riquewihr-1945

« Ramoneur dans les rues de Riquewihr », 1945

 

Ces photographies ont été présentées pour la première fois au public fin 2008. En effet, elles ont été exposées à la Filature de Mulhouse, à la Maison de la Région Alsace ainsi qu’au Club de la presse de Strasbourg. Elles ont ensuite été largement diffusées dans les différents médias et sur la toile.

 

Ainsi, si ces images nous permettent de découvrir l’Alsace autrement, elles amènent également à s’attarder sur le travail de Robert Doisneau, trop souvent réduit au fameux Baiser de l’Hôtel de Ville. De telles séries permettent de prendre conscience de l’ampleur, de la richesse, de la diversité de son œuvre. On (re)découvre un photographe sensible aux individus et scènes quotidiennes mais aussi à l’architecture et aux paysages. En effet, il est intéressant de souligner que son atelier de Montrouge renferme aujourd’hui encore près de 450 000 négatifs, soit autant d’images qui restent à découvrir…

 

Pour ceux qui souhaiteraient en apprendre davantage, un recueil de ces photographies, enrichies de légendes et commentaires, a été publiés aux Editions Flammarion : « Robert Doisneau - Alsace, été 1945 ». Vladimir Vazak et Anka Wessang signent les textes de cet ouvrage.

 

Texte : Zoé Fugler