Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

Jules Verne portrait de Felix Nadar

Ces amoureux de l’Alsace #6 – Jules Verne 25/02/2015

En 1866 et 1867, Jules Verne publie une Géographie de la France, et de ses colonnies. Zoom sur le chapitre consacré à l’Alsace.

Jules Verne est un auteur français reconnu principalement pour ses romans d’aventures scientifiques et d’anticipation. En 1863, il publie chez son éditeur Pierre-Jules Hetzel son premier roman, Cinq semaines en ballon. Ce roman constituera le premier d’une collection établie par son éditeur, les « Voyages extraordinaires » qui regroupera l’essentielle de la production littéraire de l’écrivain. Au total, la collection les « Voyages extraordinaires » de Jules Verne compte 62 romans et 18 nouvelles, dont Voyage au centre de la terre, Vingt mille lieues sous les mers, ou encore Le Tour du monde en quatre-vingts jours, pour ne citer qu’eux.

Geographie de la France, et de ses colonnies couverture

C’est son éditeur, Pierre-Jules Hetzel qui lui demandera en 1866 de rédiger une Géographie de la France, et de ses colonnies. Hetzel souhaite éduquer le peuple en leur proposant une œuvre pédagogique, un ouvrage destiné à un public familial qui permettra à chacun de connaître son pays. Il écrit dans la préface de l’ouvrage : « Mais si ignorer le monde entier est une sottise extrême qui peut conduire une nation à sa perte comme y marcherait un aveugle, ignorer le pays où l’on vit et ses ressources et ses besoins est une de ces fautes sans excuse, qui peuvent plus sûrement encore conduire l’individu à sa ruine. »

Geographie de la France, et de ses colonnies

Il charge alors Jules Verne de rédiger cette géographie, destinée aux français et à leur faire découvrir leur pays, département après département, dans leurs moindres détails. Il est épaulé par l’historien et géographe Théophile Lavallée qui signe l’introduction de l’ouvrage en y résumant « tous les éléments géologiques, historiques, géographiques, administratifs et statistiques de la France ». Pierre-Jules Hetzel précise, toujours dans sa préface, son choix d’avoir confié à Jules Verne la rédaction de cet ouvrage : « M. Jules Verne qui s’est fait un renom de géographe dans ses excellents livres de voyage, abandonnant cette fois les domaines d’imagination, où il a si rapidement passé maître, pour celui de la réalité la plus stricte, s’est chargé de la description de chaque département. » Et de préciser les moyens déployaient par Jules Verne pour établir une présentation la plus vraie et fidèle : « M. Jules Verne, il serait superflu de le dire, a puisé aux sources les plus récentes, aux statistiques les plus nouvelles, au recensement de 1866 imprimé au Bulletin des lois, pour faire de cette publication un ouvrage essentiellement moderne d’une certitude et d’une précision qui ne laisseront rien à regretter. »

 

La Géographie de la France, et de ses colonnies recense un descriptif scientifique et rigoureux de chaque département français, établi autour de différents thèmes :

 

  • Situation – Limites – Aspect général,
  • Orographie – Hydrographie,
  • Climat,
  • Superficie – Population,
  • Agriculture,
  • Mines – Carrières,
  • Industrie – Commerce,
  • Routes – Canaux – Chemins de fer,
  • Histoire,
  • Hommes célèbres,
  • Divisions administratives,
  • Descriptif des villes.

 

Une description quasi exhaustive de chaque département. Une véritable source historique qui décrit précisément la France et chacun de ses départements à un instant t, 1866.

 La cathédrale de Strasbourg

Ainsi, c’est une Alsace de l’année 1866 que nous découvrons dans cet ouvrage. Si l’histoire de la région, son climat ou d’autres éléments plus spécifiques restent plus ou moins semblables à ses caractéristiques actuelles, Jules Verne nous en apprend sur des aspects propres à la région au XIXe siècle, et plus précisément en 1866. Notamment la population, qui a doublé en 150 ans, passant de 588 970 en 1866 à 1 124 434 en 2012.

On y découvre également les pratiques industrielles, agricoles ou encore commerciales de l’époque. Ainsi, en 1866, « le département du Bas-Rhin est industriel. On y exploite dix-neuf mines de fer qui produisent 189 000 quintaux métriques de minerai. (…) La plupart des usines du département sont mues par l’eau ; ce sont des moulins à farine, des huileries, des scieries, des filatures ; les manufactures d’armes, la fonderie de canons de Strasbourg, les papeteries, les teintureries, les fabriques de draps et de produits chimiques, les ateliers pour la construction des machines, les fabriques de pâtés de foie gras et de choucroutes, les savonneries, les amidonneries, les tanneries, les verreries, etc. forment ses principaux établissements industriels ».

Il offre également une belle description scientifique et historique de Strasbourg et des différentes villes de la région, revenant sur les caractéristiques architecturales, historiques, géographiques, industrielles, etc. des grandes villes de la région.

 

La Géographie de la France, et de ses colonnies nous permet de faire un bond dans le passé. Nous sommes confrontés à la France, ses régions, et notamment à l’Alsace, de la deuxième moitié du XIXe siècle, décrites par Jules Verne. Ces pages nous permettent de comprendre l’évolution de notre région, une évolution des différents domaines économiques mais également des changements dans les villes, avec un important flux urbain : si la population totale de la région a doublé en 150 ans, des villes ont vu leur population chuter, comme Sainte-Marie-aux-Mines qui est passée de 12 425 habitants en 1866 à 5 290 en 2012. L’Alsace n’a eu de cesse de s’urbaniser pendant ces 150 dernières années.

Ruine du Château du Landskron, une rue du vieux Colmar


La Géographie de la France, et de ses colonnies de Jules Verne nécessite une lecture diachronique, afin d’étudier parallèlement une région dans les années 1860 avec cette même région actuelle, en 2015, pour se confronter à l’évolution concrète de notre belle région.

Jules Verne signe un témoin de l’histoire de la France du milieu du XIXe siècle qui nous permet de basculer 150 ans en arrière en pleine révolution industrielle. Et ces pages nous l’attestent, l’Alsace n’a pas été épargnée.

 

 

 

Texte : Camille Grossiord