Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

fee aux sept tetes couverture hongrois

Les éditions Callicéphale 29/05/2014

Rencontre avec Jean-Luc Burger des éditions Callicéphale, maison d’édition strasbourgeoise spécialisée dans les kamishibais.

Le kamishibai, « jeu théâtral en papier »


Le kamishibai est un genre narratif qui provient de la culture japonaise. Il s’agit d’une technique de contage consistant à faire défiler des planches illustrées dans un petit théâtre en bois ou en carton – appelé butai, qui signifie littéralement « scène ». Chaque planche représente un épisode illustré du récit. Sur le verso de la planche figure un texte destiné au conteur avec, si besoin, des indications scéniques quant à la manière de passer à la planche suivante, par exemple.


fee aux sept tetes planche illustration

Une planche illustrée de La Fée aux sept têtes

fee aux sept tetes planche texte

Le verso contenant le texte


Le kamishibai a une véritable fonction pédagogique puisqu’il permet l’apprentissage de la lecture à haute voix, l’alphabétisation, ainsi que la création et la sensibilisation de l’enfant à l’histoire.

 

Les éditions Callicéphale, premier éditeur de kamishibais en France

 

Les éditions Callicéphale ont été créées en 1999. Jean-Luc Burger, directeur de la librairie jeunesse la Bouquinette à Strasbourg depuis 1991, cherchait alors à faire « quelque chose de plus que juste la librairie ». Un éditeur suisse s’était lancé dans la publication de kamishibais, mais il a finalement dû poser le bilan. Jean-Luc Burger saute sur l’occasion et rachète son stock de kamishibais. Les éditions Callicéphale voient le jour et sont alors les seules à proposer sur le marché du livre ce format original, issu de la culture japonaise.

Les éditions Callicéphale ont alors démarré avec un petit catalogue de six titres environs. Conscient qu’il est « dangereux de se lancer qu’avec des kamishibais au début », les éditions proposent également la publication d’albums jeunesse « classiques ». Mais au bout de quatre ans d’existence, la maison d'édition est confrontée à un trou financier, dû à un problème de retours : Jean-Luc Burger mentionne les coûts de conception et d’impression trop élevés en Alsace, ajoutés à une tendance à vouloir trop publier et une mauvaise compréhension du fonctionnement même du kamishibai : « Au départ, nous n’avions pas pris en compte la manière, le concept de l’oralité du kamishibai. » Il décide alors de moins publier, de concentrer ses publications prioritairement sur les kamishibais et de trouver des circuits de distribution complémentaires.

Les éditions sont diffusées par le Seuil. Confrontées au manque d’intérêt des libraires pour ce format original, elles sont sollicitées majoritairement par les bibliothèques et les écoles, conscientes de l’aspect pédagogique des livres. Mais les éditions Callicéphale travaillent également avec d’autres diffuseurs, notamment avec un diffuseur scolaire, la BPE - Bibliothèque Pour les Écoles – mais elles diffusent aussi beaucoup en direct. Pour se faire une idée, chacun des trois diffuseurs - Le Seuil, BPE et eux-mêmes - couvre un tiers de la diffusion.

Les kamishibais deviennent dès lors la marque de fabrique des éditions Callicéphale qui décident de rester « très prudents » et de s’y consacrer majoritairement, en en publiant environ cinq ou six par an – avec parfois un album pour compléter ces publications.

Si en 2000, les éditions Callicéphale étaient les seules à éditer des kamishibais en France, dès 2005, d’autres maisons d’édition s’y sont mises, créant ainsi de la concurrence sur le marché de ce genre littéraire original.

Une maison d’édition strasbourgeoise, aux affinités alsaciennes et hongroises

 

Les éditions Callicéphale aiment à travailler avec des artistes locaux. Les éditions demandent à un auteur ou à un illustrateur de créer directement pour les kamishibais. Le travail en commun entre illustrateur, auteur et graphiste est très fortement privilégié.

Depuis bientôt quinze ans, les éditions Callicéphale ont pu jauger et prendre conscience de l’intérêt grandissant du public pour les kamishibais. Si à l’époque, elles publiaient 1000 exemplaires par livre, elles osent aujourd’hui augmenter les tirages à 1500, avec une dizaine de titres qui ont été republiés.

La maison d'édition a également démarré une collaboration avec une illustratrice hongroise, Dora Csanyi. Dès lors, elle propose régulièrement des projets communs – et Jean-Luc Burger avoue y trouver un intérêt économique en y réalisant des économies dans le graphisme et dans l’impression. Certains kamishibais issus d’un projet commun sont alors publiés en français et en hongrois.

fee aux sept tetes couverture hongrois

La couverture de La Fée aux sept têtes en version hongroise


Les éditions publient essentiellement des kamishibais en français. Mais certains sont donc également traduits en hongrois. Il existe également des éditions bilingues français/allemand – pour certains, la traduction en allemand est jointe sur demande à l’édition en français. Depuis quelques années, Jean-Luc Burger constate un intérêt grandissant pour l’alsacien. Pour répondre à ce nouvel attrait pour notre langue régionale, il propose deux kamishibais avec une traduction en alsacien :

  • Myrtille de Erckmann-Chatrian, deux grands auteurs mosellans du XIXe siècle, illustré par Thierry Chapeau ;

myrtille editions callicephale

  • La Légende du sapin, une histoire inspirée de la tradition orale alsacienne, illustrée par Thierry Chapeau également et dont la traduction est signée Cathy Bernecker. Ce kamishibai a fait l’objet d’une réimpression ainsi que d’une édition en album.

legendedusapin editions callicephale

 

Les actualités des éditions Callicéphale

 

Deux kamishibais viennent d’être publiés, début 2014, aux éditions Callicéphale :

  • La Fée à sept têtes, d’Ervin Lazar, illustrée par Aleksandra Grela. Le livre est né d’un projet hongrois ;
  • Le Lapin de printemps, de Yannick Lefrançois.

lapin de printemps editions callicephale


Pour septembre 2014, deux titres sont en cours d’impression : À la pêche et un projet commun hongrois qui reprend deux fables de La Fontaine.

Jean-Luc Burger va prochainement passer le flambeau de sa librairie jeunesse La Bouquinette pour se consacrer pleinement aux éditions Callicéphales. Preuve que le kamishibai a finalement trouvé son public et a réussi à séduire, bien loin de son Japon natal.

 

Les différents kamishibais et autres publications sont à découvrir sur le site des éditions Callicéphale. Un nouveau site va être créé d’ici quelques mois.

 

Texte : Camille Grossiord