Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

 

« La Grande Fête sans fin » 04/04/2014

Une nouvelle parution des poèmes de Jean Hans Arp, traduits par Aimée Bleikasten


Les poèmes de Jean Hans Arp...

Jean Hans Arp est né à Strasbourg en 1886. S'il est essentiellement connu pour ses peintures et ses sculptures, cet artiste polyvalent est aussi poète. A ce titre, il publie de nombreux textes au fil des ans. Fruit de l'ambivalence alsacienne, il les rédige tantôt en français, tantôt en allemand. En effet, la famille du plasticien est éparpillée des deux côtés du Rhin, il parle ainsi couramment ces deux langues dès son plus jeune âge. Si ses écrits français ont été largement diffusés dans l'hexagone, ses textes en allemand n'ont pas encore été intégralement traduits à ce jour et restent ainsi difficiles d'accès pour le public francophone.


traduits par Aimée Bleikasten

Strasbourgeoise d'origine, Aimée Bleikasten a étudié l'allemand mais aussi la philosophie et l'histoire de l'art. Ancienne professeure d'allemand à l'Université de Strasbourg, elle est aujourd'hui retraitée mais continue de s'investir dans l'Association Jean Hans Arp dont elle est présidente. Après plusieurs ouvrages consacrés à cet artiste, elle a publié récemment, en janvier dernier, une traduction d'un recueil de poèmes, La Grande Fête sans fin (Ed. Arfuyen). Judicieusement, elle a choisi de laisser le texte allemand en regard de sa traduction ce qui permet à chacun de la confronter au texte original.

La plupart des poèmes rassemblés dans La Grande Fête sans fin a été publiée dans les années 1960, principalement dans des revues allemandes de poésie ou des catalogues d'expositions.


grande-fete-sans-fin-hans-arp


« Si l'on voulait définir l'originalité de la poésie de Jean Hans Arp, souligne la quatrième de couverture, il faudrait partir de son refus de toute rhétorique. Il y a chez lui quelque chose d'opiniâtrement enfantin qui le sauve de la pose et de la grandiloquence. […] Rêver, hors de toute contrainte, tel est bien le ressort de sa poésie. »


A découvrir sans plus tarder !