Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

« Bosc, de l'humour à l'encre noire » 02/11/2014

Depuis le 17 octobre dernier, le Musée Tomi Ungerer consacre une exposition personnelle à une figure emblématique de l'illustration du XXe siècle, Bosc. Coup de projecteur sur cet accrochage.


Des illustrations sobres mais percutantes, reflets de l’humour cinglant de Bosc

 Figure incontournable de l’illustration dite moderne, Jean Maurice Bosc (1924 – 1973) ne s’essaye au dessin d’humour qu’en 1952. De retour du Vietnam en 1948, il cherche sa voie, un moyen de gagner sa vie et décide alors de s’inscrire aux Beaux-Arts de Montpellier. Après la peinture et la musique, il se tourne finalement vers le dessin et trouve dans cet art un moyen d’expression qui lui sied à ravir.

Tout au long de sa carrière, il collabore avec de nombreux journaux français mais aussi étrangers, notamment Paris Match et l’Express. Ses dessins de presse se jouent des travers de son époque et de ses contemporains, de De Gaulle au citoyen lambda. Fort de cette expérience dans le milieu du journalisme, il s’intéresse, s’attaque et se frotte à de nombreuses questions de société. S’il analyse et dépeint les grands faits politiques et l’actualité, il se tourne également vers des thèmes plus intemporels comme la lutte des sexes ou les relations de couples. « Bosc a décortiqué son époque et a pressenti la nôtre, avec intuition et lucidité, note le descriptif de l’exposition. […] son trait minimaliste nous livre un univers à la fois poétique et rempli d’une douce amertume. » Ainsi, l'humour cinglant de Bosc se retrouve et se répercute sur ses œuvres plastiques. Il se voit d’ailleurs décerner le Grand Prix de l’humour noir Granville en 1970 pour Je t’aime – album publié en 1969 aux Editions Albin Michel.

Bosc est l’auteur d’une œuvre remarquable, tant par sa richesse et sa finesse graphique que par son importance. En effet, il a réalisé plus de trois mille dessins, auxquels s’ajoutent de nombreux albums. Pour esquisser le fil de ses pensées, il créé des illustrations à l'encre de chine, caractérisées par un trait minimaliste. Souvent en noir et blanc, elles sont parfois rehaussées de touches de couleurs à l’aquarelle. En résultent des dessins très sobres et épurés.

« Avec peu de moyens apparents, il dessinait parfaitement des situations d’une grande drôlerie et d’une rigoureuse intelligence. », écrit Sempé. N’oublions pas, en effet, que l’œuvre de Bosc lui vaut de nombreux disciples et admirateurs. Sempé mais aussi Cabu, Bretécher ou Tetsu – pour ne citer qu’eux – ont trouvé dans ses dessins satiriques une source d’inspiration inépuisable.


affiche_BOSC

 


« Bosc, de l'humour à l'encre noire », une belle opportunité de découvrir le travail de l’artiste

Jusqu’au 1er mars prochain, le Musée Tomi Ungerer, à Strasbourg, consacre une exposition à Bosc. Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est la première fois qu’une institution française met l’œuvre de cet artiste à l’honneur à travers une exposition personnelle. Ce dernier fait pourtant figure de référence et s’impose comme une personnalité incontournable dans le domaine de l’illustration. Le Cartoon Museum de Bâle et le Wilhelm Busch Museum de Hanovre ont d’ailleurs déjà rendu hommage à son travail en lui consacrant des expositions monographiques.

Plus de deux cent cinquante dessins originaux sont rassemblés pour l'occasion. Cette sélection est enrichie par la présentation de livres, de revues, d’imprimés ou encore de céramiques. « Le Voyage en Boscavie » est également projeté dans l'un des espaces d'exposition. Réalisé en 1958 en collaboration avec Claude Choublier et Jean Herman Bosc, ce film d'animation a reçu le prix Émile Cohl. « Bosc, de l'humour à l'encre noire »  offre ainsi un bel aperçu du travail de l’illustrateur. Thérèse Willer, conservatrice du Musée Ungerer et commissaire de l’exposition, et son équipe ont choisi de présenter ces œuvres dans un espace lui aussi très épuré, ce qui permet de se focaliser sur les documents et les objets qui composent cette exposition. Une telle scénographie invite à s’attarder sur les illustrations afin d’en apprécier la minutie et les détails.

Sobre mais efficace, cet accrochage reste fidèle aux œuvres de Bosc !

 

Où et quand ?

 

« Bosc, de l'humour à l'encre noire »

 

Du vendredi 17 octobre 2014 au dimanche 1er mars 2015

 

Tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h

 

Musée Tomi Ungerer – Centre International de l'Illustration

Villa Greiner

2, avenue de la Marseillaise

67000 Strasbourg

 

Plus d'infos sur le site des Musées de Strasbourg ou par téléphone au 03 69 06 37 27

 

Pour ceux qui souhaiteraient prolonger la visite, La Bibliothèque des Musées de Strasbourg – située au Musée d’Art Moderne et Contemporain – propose elle aussi une sélection de dessins et d’albums de Bosc. De plus, les Editions des Musées de Strasbourg publient un catalogue de l’exposition. On y retrouve des reproductions des œuvres présentées, enrichies de textes de Nelly Feuerhahn et Thérèse Willer.

 

Texte : Zoé Fugler