Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

 
TigreDePapier_20012

Tigre de Papier 15/02/2013

Quelques photographies et un concept, la Fautographie, sont à découvrir au Centre Culturel alsacien. Ne tardez plus !

Photographe indépendant, Jean-Philippe Senn vous convie à sa nouvelle exposition, Tigre de papier.
De 1999 à 2002, Jean-Philippe n’a pas quitté son appareil et a mitraillé le quotidien. C’était dans le cadre de ses études en Histoire de l’art.
Dix ans et une minutieuse sélection plus tard, quelques prises de vue sont désormais exposées au Centre Culturel Alsacien.

Fautographie ?


Eh oui, ceci n’est pas une erreur orthographique de notre part ! Il s’agit bel et bien d’un concept, attribué à Man Ray, mais en réalité bien plus ancien et presque inhérent à la photographie.
Ratures, ratages, bonnes mais parfois mauvaises surprises, la photographie est sujette aux aléas.
Elle en aura vu passer, à cette occasion, des débats sur son esthétique et sa valeur marchande !
L’accident photographique paraît en effet aussi délicat à saisir dans l’instant, sur le vif, qu’à provoquer.
Pourtant, ce sont bien des « fautes » qui peuvent, de temps à autre, donner de réels chefs d’œuvres photographiques…
Tel fut le cas pour Man Ray, qui ne se considérait pas comme photographe et qui fut pourtant tant exposé, et dont on a tant parlé ! Ou plus exactement, on a beaucoup parlé de la valeur de ses photos. La mise sur le marché de tirages posthumes réalisés d’après des négatifs de Man Ray avait suscité bien des remous, par le passé. Mais à travers les scandales, c’est bien la signature du photographe, reconnu par ses tiers, qui fait valeur.

La photographie peut être une activité purement marchande. Après tout, on peut aller se faire « tirer le portrait » simplement pour remplir des papiers administratifs. Ou vouloir coller ses souvenirs quelque part, dans un album qui prendra la poussière sur une étagère.
La photo, témoignage du temps qui passe et qui donne un goût d’éternité à notre mémoire défaillante. Mais la photo prend toute sa dimension artistique lorsqu’elle naît d’un don, ce que l’on pourrait joliment appeler « l’œil du photographe » et qui n’est pas donné à tout le monde.
Les fautes font partie intégrante du travail d’un photographe-artiste, elles sont le fruit de son travail et servent à montrer justement ce qu’il a vu, là où l’œil du commun des mortels ne se serait sans doute pas arrêté.

On vous propose d’aller découvrir de ce pas les Fautographies de Jean-Philippe Senn, faire renaître les passionnants débats sur l’esthétique et la valeur de l’art, grâce à l’exposition, Tigre de papier.


Où et quand ?

Au Centre Culturel Alsacien – Elsässisches Kulturzentrum
5, boulevard de la Victoire
67000 Strasbourg

Exposition du 16 février au 15 mars 2013, du lundi au vendredi, de 15h à 18h.
Un vernissage aura lieu ce samedi 16 février, à 15h.

Pour plus de renseignements sur l’artiste :
http://jean-philippesenn.ultra-book.com/