Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

salon du livre colmar 2013

Salon du livre de Colmar « De l’autre côté » 25/11/2013

La 24ème édition du Salon du livre de Colmar s’est déroulé le week-end des 23 et 24 novembre, dans le Parc des expositions de la cité alsacienne. La veille, le marché de Noël ouvrait ses portes au public colmarien.

Depuis 24 ans, la ville de Colmar et ses partenaires proposent ce Salon du livre, rendez-vous riche de nouveautés avec une centaine d’auteurs, d’illustrateurs, libraires, éditeurs, conteurs, journalistes, enseignants, bénévoles associatifs... venus de tous horizons pour partager avec leurs lecteurs un moment fort autour du livre.

Le thème de 2013, « De l’autre côté », invitait à franchir les frontières entre « moi et l’autre » comme l’a expliqué Gilbert Meyer, maire de Colmar. L’occasion pour petits et grands d’ouvrir sa curiosité et son imaginaire.
« N’hésitez pas. Comme Alice le fit avec son miroir, suivez-nous de l’autre côté des pages et des textes » propose Patrick Raynal, conseiller littéraire de la manifestation.

A l’heure de la révolution numérique qui entraine la fermeture de certaines librairies, la chaine du livre s’organise en Alsace avec la création de la Confédération de l’illustration et du livre (CIL), au printemps 2013 et le portail des savoirs, alsatica.eu, au service des acteurs de la chaine du livre en Alsace. Le Salon donnait aussi l’opportunité de réfléchir sur l’avenir.


salon colmar 13 5


De l’autre côté


Avec le postulat que « Nul ne sait vraiment où il est », Patrick Raynal a invité les amoureux de la lecture à traverser les frontières, pour aller voir à quelques pas de lui, ce qu’il se passe ailleurs. « Une chose est sûre, c’est qu’il faut toujours franchir une frontière pour s’y rendre et que, visible ou invisible, une frontière n’est jamais une mince affaire » soulignait-il lorsqu’il présentait le projet de cette 24ème édition. Un pari maintenu tout au long du Salon, qui plongeait le public au cœur de l’imaginaire et des découvertes insolites.

Au programme, plusieurs rencontres littéraires ont abordé de vastes thèmes, entre réflexions sur l’art, la littérature et les frontières – fictives, réelles ou pulvérisées. Le café de l’histoire de la Stammtisch, proposé par la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace (FSHAA) a convié les spectateurs à des rencontres originales et régionales. Historiens et auteurs régionaux y ont présenté leurs nouveautés. La Première guerre mondiale était à l’honneur dans cette édition, alors que l’on s’apprête à fêter son centenaire. La BNU y a également présenté « numistral », sa bibliothèque numérique. Créée en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, « numistral » propose aux lecteurs de retrouver les 40 000 documents numérisés de la BNU (manuscrits, journaux, images, cartes et plans, etc.) consultables sur www.numistral.fr. Une bibliothèque qui se veut ancrée dans l’évolution.

Dans un autre registre, le café gourmand proposait une nouveauté. Le grand chef étoilé Alberto Bradi était aux côtés de Simone Morgenthaler, journaliste et écrivain, spécialiste de la gastronomie, pour partager des secrets culinaires.

Enfin, les traditionnelles expositions ont fait la joie des promeneurs, offrant originalité et innovation cette année. Entre « petits papiers » et « les mystères » de Sherlock Holmes, origamis  et photographies, les spectateurs ont pu s’en donner à cœur joie et découvrir les travaux des petites mains d’aujourd’hui et de demain. En outre, dans le Hall 4, honneur au salon du livre de jeunesse avec une série d’ateliers pour les bambins et des résultats étonnants. On pouvait voir déambuler de jeunes adolescents, à la démarche de somnambules puis s’arrêter pour déclamer un texte classique, dans l’allée d’un restaurant. Théâtre d’improvisation et saut dans le temps, les ingrédients étaient définitivement présents pour traverser les frontières entre « soi et l’autre », entre « passé et présent », entre nous tout simplement.

salon colmar 13 8


Pour voir plus de photos, rendez-vous sur notre page facebook: Cliquez ici

Texte et photos: Camille Feireisen