Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

sylvie

Rencontre avec Sylvie de Mathuisieulx, écrivain pour la jeunesse 18/03/2013

                                        



    PORTRAIT D'UNE PASSIONNÉE.


     sylvie de mathuisieulx

                                                Sylvie de Mathuisieulx

                               


Aujourd’hui, rendez-vous avec Sylvie de Mathuisieulx. Nous sommes allées manger de la purée, une tarte aux pommes et surtout, nous avons beaucoup papoté ! Son travail, ses idées, ses réflexions, ses pensées, tous azimuts…

Ce n’est pas vraiment une vocation, mais plutôt un fait : Sylvie est née pour raconter des histoires. Elle en a toujours raconté, depuis qu’elle sait parler. Dès qu’elle  a su lire, puis écrire, elle a posé des mots sur des papiers épars. C’est comme cela qu’elle a commencé, comme tous les vrais écrivains, ceux qui n’ont pas attendu une opportunité pour se lancer. Une plume qui s’est allégée au fil des années, affinée et envolée, à force de travail et de persévérance. Un imaginaire riche et pétillant qui a su se faire remarquer.

                                                                      

                                             L'ANECDOTE RIGOLOTE

Un soir de baby-sitting, alors qu’elle lisait « l’histoire du soir » aux enfants, Sylvie s’est mise à rire sans pouvoir s’arrêter. Les bambins avaient voulu qu’elle leur raconte l’histoire du Monstre poilu d’Henriette Bichonnier et Pef.
« Les petits me disaient sans cesse : mais continue de lire Sylvie, arrête de rire ! »
Et lorsqu’ils furent au lit, Sylvie se dit que, décidément, c’était drôlement amusant de raconter des histoires aux enfants ! Pas seulement pour eux, mais aussi pour elle. Du haut de ses 17 ans, elle prit conscience que si elle voulait écrire des histoires, c’était surtout à eux qu’elle devrait s’adresser. Que c'était précisément ce genre de livres qui allaient leur faire aimer la lecture !
Pourtant, l’enjeu était de taille. Il n’y a pas d’études pour devenir écrivain et il faut persévérer coûte que coûte. Sylvie entame donc des études de droit, sans vraiment savoir ce qu’elle veut faire plus tard.
Elle ne laisse pas tomber sa plume pour autant et continue à raconter des histoires. Elle les envoie. On lui dit que ce ne sera pas facile et certains s’étonnent de la voir opiniâtre à ce point. Les gens qui disent qu’être écrivain n’est pas un gagne-pain, sont nombreux à se presser au portillon pour vous rappeler que c’est beau d’avoir des rêves mais qu’il faut savoir les laisser sur son paillasson.
Mais voilà, de fil en aiguille et au prix de nombreux et réguliers envois de textes, des nouvelles aux romans, à des maisons d’édition, Sylvie est remarquée et ses premiers livres paraissent. Elle est alors en Licence de droit et commence à publier régulièrement. Après l’obtention de son diplôme en droit en social, elle devient professeur à la faculté de droit.

Aujourd'hui, Sylvie se consacre entièrement à sa passion, avec des projets toujours exaltants ! Les livres de Sylvie sont lus et même étudiés.
« Le pire serait de se réveiller un matin et de se dire que c’est trop tard et qu’on s’ennuie. Aller tous les matins au boulot en traînant les pieds, quelle absurdité ! »
Pour ce qui est de l’ennui, Sylvie ne risque pas de s’y complaire. Elle a un paquet de projets et d’idées en tête.
Et entre purée et tarte aux pommes, elle répète sa formule favorite « Je n’ai vraiment pas les neurones qui se touchent aujourd’hui ! »
Mais moi, je suis certaine qu’ils sont en parfait état de fonctionnement, ses neurones !


                                                 CV D'UNE PASSIONNÉE


   En Littérature...

Auteure pour la jeunesse, Sylvie a à son actif une bonne cinquantaine d’ouvrages en tous genres. En 2000, La maîtresse est foldingue est le premier roman paru aux éditions Milan Poche et traduit en italien en 2001. C’est le début d’une série originale et souvent étudiée dans les classes élémentaires : Le secret de la maîtresse (2005), La maîtresse a peur du noir (2007), traduit en coréen en 2010. Un petit nouveau est à paraître en avril 2013 : Les vacances de la maîtresse.            

Une autre série connaît un vif succès chez les pré-ados : « Enigmatique, mon cher Eric ! » aux éditions Hatier. Eric est un petit gars d’à peine 10 ans qui veut devenir détective. En attendant, il mène déjà de vraies enquêtes policières lorsque des infractions sont commises dans son entourage… La bague des maths (2008), Qui veut la peau du nouveau ? (2008), Un frisson pour des bonbons (2009, Prix des écoliers 2010), L’homme au ciré jaune (2010) et le petit dernier, Le secret de la montre dorée (2011) ont ravi la jeunesse ! Ces ouvrages ont connu une belle réussite au Liban, où Sylvie a déjà eu l’occasion de se rendre pour rencontrer les élèves des écoles francophones qui l’étudient.

La collection « Comment faire enrager… » parue aux éditions Petit à Petit- La Martinière se présente comme des « guides de savoir-vivre à l’envers ». La formule, « comment faire enrager… », est suivie d’un titre évocateur : … sa sœur chérie en 10 leçons, …la baby-sitter en 10 leçons et bien d’autres. Il s’agit d’une collection qui aborde avec humour toutes ces petites choses qui agacent les adultes et les rendent furieux. Ces guides pleins d’astuces et de malices ont donné naissance à une série de dessins animés pour la télévision, sous le titre d’Angelo la Débrouille depuis avril 2010. La série télévisée a remporté un grand succès auprès du jeune public, en recevant le Pulcinella Award de la Meilleure série pour les enfants au festival Cartoons on the bay. Ce qui a motivé Sylvie et sa maison d’édition à décliner le héros de « Comment faire enrager… » en BD. Le premier tome d’Angelo la Débrouille « Attention, j’arrive ! » est paru en 2010.                                  

Pour les plus jeunes, la collection « Les questions de Justine » (éditions Belin, 2005, traduite en coréen) propose des documentaires ludiques qui répondent aux interrogations des enfants : Aller à l’école, pour quoi faire ?, Le jour et la nuit, comment ça marche ? Ou encore Manger, à quoi ça sert ?
Enfin, une dernière série pour parfaire la collection, « La classe de Madame Aimée Manger », présente huit ouvrages ludo-créatifs sur l’équilibre alimentaire assortis de recettes que les enfants peuvent facilement réaliser.                                  

Pour les adolescents, Sylvie a également romancé quelques thèmes importants dans une série intitulée « La vie et compagnie » (éditions Oslo). Dans un récit à deux voix, deux jumeaux de 12 ans, Stan et Mathilde, font partager leur vie et leurs réflexions aux lecteurs. Les trois premiers tomes de « La vie et compagnie » traitent plus spécifiquement des tracas quotidiens de la vie –mouvementée- des ados.
Ces collections permettent à Sylvie d’évoquer quelques-unes des grandes thématiques du monde de l’enfance et de l’adolescence. En suivant un personnage auquel l’enfant/ado peut s’identifier, la romancière parcourt avec tact les différentes interrogations et états d’âme de cette période pleine de changements et de bouleversements.

Dans un tout autre genre, Sylvie s’est aussi prêtée au jeu des contes et légendes en écrivant Contes d’Alsace. Les éditions Le Verger ont ainsi publié avec l’écrivain de vieilles histoires et légendes revisitées de notre belle région alsacienne.
Amoureuse des Lettres, Sylvie de Mathuisieulx l’est entièrement. C’est donc tout naturellement qu’elle s’est replongée dans les plus grands mythes de l’Histoire. Elle a relevé ce courageux défi, en se jetant dans les tumultueuses aventures d’Ulysse. Le voyage d’Ulysse, paru aux éditions Calleva, retrace l’épopée du héros d’Homère. Raconté par lui-même et dans le respect des textes du célèbre aède, les chapitres sont séparés par « Les échos de l’Olympe » qui présentent la vie quotidienne au temps de l’Antiquité. L’auteure associe ainsi histoire romancée et faits historiques réels, le mélange idéal pour un ouvrage à la fois didactique et récréatif, en toute conformité avec les programmes de la classe de 6ème

                                                   

  Pour la Presse...

Elle sait parler aux jeunes avec un langage à la fois simple et complexe et maîtrise parfaitement la parole « jeun’s » sans tomber dans le copiage ou le rôle de copinage. Pour elle, il est naturel d’allier registres familier et soutenu, faire passer les idées autant que les bonnes blagues.
Aussi, sa contribution à la presse « ados » propose-t-elle des méthodes simples et efficaces pour mémoriser correctement des techniques par l’exemple.
Jusqu’à l’année dernière, les éditions Epicure publiaient les magazines Vivre au collège, Vivre au lycée, Epicure et Œdipe, au sein desquels Sylvie avait en charge la rubrique « Orientation ».
En outre, elle proposait des articles ayant pour thèmes aussi bien le savoir-vivre, le développement personnel que la méthodologie scolaire.  Quelques titres évocateurs : « Et pourquoi que j’y dirai merci, à la dame ? », « Le parcours du révisant », « Le coup de foudre, comment, pourquoi ? » …
Sylvie a l’idée d’un livre qui compilerait tous ces articles sous le titre : « La boîte à outils ». Celui-ci reprendrait par thématique les différentes rubriques présentant des méthodes constructives pour aider les adolescents à acquérir de bonnes techniques d’apprentissage et de mémorisation, mais aussi des réflexions sur le travail scolaire et la pédagogie. Pour bien apprendre, il faut bien comprendre. « Ces articles ont été écrits pour aider les ados à trouver des méthodes, mais aussi pour contribuer à leur insuffler une certaine vision des savoir-vivre. »
Nous espérons que ce projet verra le jour prochainement !

En collaboration avec le pédiatre Georges Himy, Sylvie écrit des articles thématiques pour le site « Maman et Compagnie », destiné aux jeunes mères : www.mamanandco.fr.
Travailler de concert avec un pédiatre confère un certain poids à des propos qu’elle souhaite concrets et réalistes. Ce travail d’équipe, associant expériences professionnelles et néophytes, apporte de réels conseils aux mamans soucieuses du bien-être de leurs enfants.

Comme auteure pour la jeunesse et animatrice d’ateliers d’écriture, Sylvie se doit d’interagir constamment avec les milieux éducatifs et scolaires. La pédagogie entre forcément en ligne de compte lors de la rédaction de ses ouvrages. Depuis 2012 et pour renforcer cette réflexion, Sylvie est également en charge d’une chronique, « Capitaines et Moussaillons », dans le magazine mensuel La Classe, destiné aux enseignants des écoles élémentaires.


eric

                      Eric, le héros de la collection Enigmatique mon cher Eric!



                                           LES P'TITES PLUMES ET SYLVIE


Depuis 2001, Sylvie anime des ateliers d’écriture pour des publics très variés : enfants, adolescents, adultes, il n’y a pas d’âge pour se lancer ! Ces ateliers aboutissent à la création d’un petit ouvrage, recueil de contes, nouvelles policières, échanges épistolaires, documentaires… en fonction de l’âge, la motivation et l’envie !

Ces ateliers d’écriture permettent à l’auteure d’intervenir dans de nombreuses classes du CP à la Terminale. Ils sont l’occasion de montrer les différents métiers du livre. Eh oui, parce que du travail d’auteur à celui d’éditeur, il s’en passe des choses autour d’un livre ! Toute une chaîne qui permet d’élaborer les grandes étapes de la fabrication d’un ouvrage, des prémisses de l’idée initiale à la rédaction pour enfin parvenir à l’objet-livre ! C’est aussi la promotion de cet objet-livre à laquelle participe Sylvie lors des ateliers. Un beau moyen de montrer et faire apprécier aux participants toute l’étendue du travail autour du livre, du cheminement de l’idée jusqu’à l’histoire.

L’écriture pour la jeunesse implique d’être au cœur de celle-ci, de plonger à la source pour en retirer l’inspiration de tous les instants. Ces ateliers corroborent la conception de Sylvie sur l’écriture créative et son travail d’auteure.
Sylvie précise : « Souvent, on a tendance à penser que comme je suis auteure, je vais faire tout le boulot, mais attention ce n’est pas le but ! Je me vois plutôt comme une accoucheuse des idées… Je suis là pour aider les élèves à laisser libre cours à leur imaginaire. Je joue un rôle essentiellement de maïeutique. »
Aider les petites idées désordonnées à se muer en quelque chose de construit et de joli, voilà en quoi consiste l’essentiel de son travail lors de ces ateliers d’écriture.
J’ai aimé la formule imagée employée par Sylvie : « Je dis souvent aux élèves que ce sont eux les piliers. Ils vont poser les fondations essentielles, construire la baraque avec les poutres et tout ça et moi, je suis celle qui viendra ensuite décorer le tout, apporter les ornements.»
Ce sont les enfants qui écrivent entièrement l’histoire.
« J’essaie toujours de m’effacer le plus possible lors de ces ateliers. Moi, je suis là pour les guider mais les idées, l’imagination, ils les possèdent. »
Sylvie est là pour le leur rappeler : chacun a sa petite conception de la vie, son humour et son imaginaire pour raconter une histoire. Elle, elle n’est que là pour autoriser ces petites idées à germer comme des champignons, auxquelles elle viendra apporter son coup de crayon ensuite, pour qu’elles soient plus digestes. C’est tout un travail d’écrire un bon bouquin et cela ne s’improvise pas !
Elle apporte ainsi la touche finale et élabore la coordination des idées disséminées pour donner la cohérence  essentielle à l’histoire.                                          

               

                             

                                                   BATAILLONS LIVRE !

Sylvie anime également un atelier d’écriture avec dix-huit classes francophones sur le web. Le projet s’appelle « La Bataille des Livres » et regroupe des classes francophones de plusieurs horizons. Tout part de Suisse pour s’étendre jusqu’au Sénégal et en Haïti.
« La Bataille des Livres » a lieu chaque année et se déroule en ce moment. C’est l’occasion d’une tournée en Suisse des auteurs, à laquelle Sylvie a déjà participé deux fois. Cette année, c’est via le web que notre écrivain aide les élèves des dix-huit classes à écrire leur histoire. La thématique annuelle : l’enquête. Cela tombe bien, Sylvie aime passionnément les intrigues ! Coutumiers des aventures rocambolesques et pleines de surprises, ses héros vivent à cent à l’heure et on les suit avec zèle et entrain.

Dans cette « Bataille des Livres », son travail consiste à recueillir les différents textes envoyés par les classes et de faire… le grand tri printanier dans tout ça ! Un travail de grande ampleur pour écrire, chapitre après chapitre, un roman. « Je fédère les différents travaux remis par les classes. C’est titanesque, un grand puzzle avec un peu de tout… Beaucoup d’idées surtout, qu’il faut ensuite ranger, clarifier et sélectionner. J’essaie toujours de mettre un peu de tous, que chacun puisse s’y retrouver quand il lira le chapitre final. Que chacun puisse se dire : tiens, voilà mon idée, elle est là ! Ensuite, j’ajoute ma sauce à tout ça. »
Un chapitre naît à chaque fois de ce joyeux méli-mélo de propositions. La romancière chaperonne les classes en les lançant vers de nouvelles pistes de réflexion et chaque nouveau chapitre, attendant sa suite, propose de nouvelles voies de questionnement. Ce travail durera jusqu’en avril et donnera naissance à un livre, écrit conjointement entre les élèves et Sylvie de Mathuisieulx. 



                                          RIRA BIEN QUI RIRA LE DERNIER


Nous avons beaucoup évoqué la notion de « divertissement ». Sylvie étant une véritable amoureuse des mots, je me suis dit que le terme n’était pas utilisé par hasard. J’ai regardé les différentes acceptions du terme « divertissement ».
Au 17ème siècle, le philosophe Blaise Pascal a beaucoup étudié le divertissement dans son livre Pensées. Il reprend une idée un peu contradictoire selon laquelle l’homme a le besoin, la nécessité même, de se distraire et donc de se détourner de l’essentiel (le paradoxe étant alors qu’en se détournant de l’essentiel, l’homme peut enfin atteindre le divertissement essentiel).
Quoi qu’il en soit, cette notion de « divertissement » semble marquer le pas de notre ère contemporaine. Et si dans notre société de consommation et de loisirs, le divertissement est devenu primordial, c’est bien parce qu’il incarne désormais tout un secteur d’activités économiques florissant (et a priori, censé être épanouissant).
Pour aller un brin plus loin, on pourra aussi dire que le terme « divertissement » est d’origine latine et qu’il désignait d’abord l’action financière de détourner à son propre profit un héritage… ! Ensuite, la définition s’est élargie au domaine de l’action plus immatérielle, celle de se détourner de l’essentiel. Tout cela n’est donc pas anodin si de nos jours, le divertissement est davantage lié à l’argent, aux gains et à un besoin apparemment inhérent à l’homme !
Se distraire, c’est donc prendre du bon plaisir, s’amuser, penser à autre chose.

Notre société prône le divertissement, même sans cadre réel. La littérature pour la jeunesse ne doit cependant pas plonger aveuglément dans le rire facile, l’amusement à tour de bras. Cela serait un grand dommage que de brasser du vent et qu’il ne reste rien dans les petites têtes des enfants après la lecture ! Sylvie écrit pour amuser, faire rire, ça oui, mais pas sans réfléchir. On peut rire de tout, mais pas n'importe comment.
Notre 21ème siècle si superficiel et contradictoire veut donc du divertissement ! La culture semble devoir se plier à ce diktat.
« Je dis souvent que pour moi l’essentiel lorsque j’écris est de faire réfléchir en souriant et de sourire en réfléchissant ».

D’ailleurs, son humour ravit. En effet, il ne se confine pas au jeu trop facile de l’infantilisme sous prétexte d’écrire pour la jeunesse. L’écrivain a à cœur de faire participer son lecteur à la construction de l’intrigue. Le vocabulaire se veut à la fois clair et ciblé. Il ne s’agit pas de simplifier des termes mais de les expliquer. Aussi, dans la collection « Enigmatique mon cher Eric ! » Sylvie n’hésite-t-elle pas à introduire ses connaissances de juriste pour donner des définitions claires et ludiques de certains mots issus du droit. L’auteure évite ainsi de tourner autour du pot en remettant à plus tard des apprentissages qui peuvent se faire à n’importe quel âge et avec plus de légèreté. Le franc-parler de ses personnages contourne la retenue des adultes tout en questionnant ce monde dans lequel ils vont entrer.
Par ailleurs, lorsque Sylvie écrit pour les enfants, elle n’oublie jamais les adultes qui accompagnent la lecture de ses ouvrages. Ses récits offrent ainsi plusieurs grilles de lecture, des degrés différents qui permettent à chacun d’y trouver son compte et son petit clin d’œil, de déceler la touche d’humour qui lui est dédiée entre les lignes.


  PENSÉES VERTES POUR L'ÉCOLOGIE 


scoop à écolo villageDeux nouveaux livres sont à découvrir depuis peu : Scoop à écolo-village et Mystère à écolo-village (éditions Oskar).
Cette série se soucie de l’environnement et de l’impact de l’homme sur la nature. A l’heure du bio et des politiques de verdissement, ce projet est tout à fait dans l’air du temps. Avec cette nouvelle collection, Sylvie ouvre grand la porte à Mère Nature pour éveiller consciences et sensibilités. Plusieurs thèmes peuvent ainsi donner lieu à des débats, notamment sur la notion de l’engagement individuel. L’intrigue rappelle des faits très actuels : une équipe de journalistes vient faire un reportage sur l’écolo-village. Greg, le gros dur de la classe veut en profiter pour organiser une manifestation visant à faire reconnaître les droits des enfants. Le mouvement de protestation va faire un flop, mais la programmation de l’émission à la télé aura, pour lui, une conséquence aussi inattendue que positive.
Réflexion sur les enjeux environnementaux, évènements surprenants dans la vie d’un groupe d’enfants, prises de position engagée, les aventures de cette série s’annoncent pleines de surprises !

                                            


La plume de Sylvie reste piquante, vraie et entière. Sa particularité est son aisance. Sa causticité, le goût des mots bien choisis et une joie de vivre à toute épreuve, voilà l’impression que m’a laissée cette auteure pleine de dynamisme et d’entregent.
Sylvie, elle pétille et vous donne envie de vous lancer dans un bouillonnement d’idées, et tant pis pour ceux qui restent au bord à attendre que vous vous cassiez la figure, ils seront bien surpris !
Plutôt cartésienne, notre romancière croit néanmoins à la petite touche de magie qu’il y a dans la vie : « Certaines choses ne s’expliquent pas, et pourtant on sait qu’elles ne sont pas uniquement dues au hasard. »
Ecrire pour la jeunesse, c’est avant tout déceler l’extraordinaire dans l’ordinaire, domaine dans lequel excelle Sylvie.
« Si un de mes livres donne envie de lire à un enfant et lui fait aimer la lecture, alors j’ai atteint mon objectif et en suis heureuse. »


Et si cet article a piqué votre curiosité, rendez-vous sur le site de l’auteure www.sdemathuisieulx.com





Quelques parutions :


enigmatique mon cher éric       la maitresse est foldingue          la vie & cie


                 comment faire enrager                             angelo la de debrouille bd    


             aller à l'école pourquoi faire                        pinards


                  ulysse sylvie mathuisieulx                 le voyage vers l'ouest

                    contes d'alsace                     24 histoires de noel







Rédaction : Camille Feireisen
Illustration : couvertures de quelques ouvrages de Sylvie de Mathuisieulx