Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

 Suzanne Braun

Rencontre avec Suzanne Braun, docteure en Histoire de l'Art 08/08/2013

Petit retour sur la rencontre d'Alsatica avec Suzanne Braun.



Suzanne Braun


Portrait

Vous la rencontrerez peut-être au détour d’une rue de Strasbourg, devant une église ou un édifice alsacien. A côté d’elle, un groupe de 30 à 70 personnes écoutera, attentif, ses paroles. Les regards seront portés vers le haut, aussi, n’hésitez pas à lever un peu la tête. Vous découvrirez alors que les bâtiments de la capitale alsacienne ne sont certes pas hauts, mais regorgent de détails surprenants.
C’est cette beauté architecturale et artistique que souhaite montrer Suzanne Braun. Dévoiler les mystères qui entourent les édifices devant lesquels nous passons tous les jours, sans prendre la peine de les regarder. Pas les voir, non, les contempler, les observer et se laisser imprégner de leur présence. Cette observation attentive soulèvera alors des questions : à quelle époque ce bâtiment a-t-il été construit ? Quel est son style ? Quelle histoire a-t-il vécu ? A-t-il abrité des Français, des Allemands, des Prussiens, des Autrichiens durant toutes ces guerres qui ont agité notre région ? A-t-il été modifié au fil des années ? Et pour quelles raisons ?

Suzanne Braun est une passionnée. Cela se voit au premier coup d’œil, lorsque l’on parle avec elle de son métier. Sa formule est simple : « La culture pour tous ! ». C’est dire si les visites qu’elle propose se veulent ludiques et accessibles, tant à un public averti que curieux de découvrir les richesses du patrimoine alsacien. Suzanne Braun est ravie de voir que les Strasbourgeois s’intéressent à l’architecture ancienne de leur ville mais déçue de constater que l’imagination n’est plus si florissante dans notre modernité.
Les bâtiments de la capitale européenne sont en effet riches de détails décoratifs et représentatifs de divers courants artistiques. Les parcours que propose Suzanne Braun établissent des parallèles intéressants entre les époques de construction et les styles qui prévalaient à travers le temps.

Le ton est simple, même pour expliquer des choses compliquées. L’objectif est de partager son savoir de spécialiste sans pour autant dispenser un cours. Suzanne donne et reçoit en échange. Elle a su instaurer un véritable dialogue avec les groupes, au fil des visites.
Les annonces de ces visites se trouvent dans les DNA, sur le site Alsatica mais se transmettent également beaucoup par le bouche à oreille. Des étudiants étrangers du CCI (Chambre du Commerce et de l’Industrie), des habitants de Strasbourg ou encore des touristes cheminent à travers la ville au côté de Suzanne Braun.

« Les alsaciens connaissent tous la place Gutenberg et sa célèbre statue. Mais connaissent-ils son histoire ? »

Suzanne Braun s’adresse à tous ces alsaciens qui ont soif d’apprendre l’histoire de leur région et les secrets de leur ville. A travers l’art et l’architecture, c’est toute une époque qui transparaît et se livre dans les descriptions de la spécialiste. De façon ludique et plus personnelle que des visites touristiques, Suzanne Braun propose de s’arrêter dans la contemplation de ces lieux célèbres ou moins connus.

Suzanne Braun est docteure en histoire de l’art. Un temps professeure à l’Université populaire européenne de Strasbourg, elle travaille aujourd’hui en indépendante. Auteure de nombreux articles et ouvrages sur l’art du roman, tels que Sculpture romane en Alsace (2002), Art roman en Lorraine (2005) ou encore Alsace-romane (2010, édition Faton), sa vocation est sa passion.

Sa thèse établissait un lien étroit entre l’archéologie et l’histoire de l’art, avec pour thèmes le massif occidental de l’abbatiale de Marmoutier et l’art roman en Alsace. Ce travail de longue haleine a ensuite fortement inspiré l’ouvrage paru aux éditions Faton en octobre 2010, Alsace romane. Il s’agit des dernières mises à jour sur les édifices de l’art roman en Alsace. Les photographies présentées dans l’œuvre sont signées Jacques Hampé. Un minutieux travail de fond a été produit sur l’iconographie, afin de présenter visuellement les différentes étapes de création, au fil du temps. L’auteure y examine quatre-vingts édifices à la lumière des dernières découvertes en matière d’histoire de l’art mais aussi d’archéologie. Une étude qui parcourt l’Outre-Forêt du nord au Sundgau au sud avec précision. L’Alsace est une ancienne terre d’Empire qui conserve un grand nombre d’églises de l’époque romane. Suzanne Braun y décrit l’art de bâtir à partir de l’an mil, avec ses profondes mutations techniques et stylistiques tout au long des 11ème et 12ème siècles. Sous formes d’itinéraires, le lecteur choisit de suivre le chemin qui le mènera à la découverte du patrimoine régional.


alsace romane


En outre, les conférences proposées par l’auteure et professeure en histoire de l’art, mêle régulièrement l’art et la religion. Par exemple, une conférence « La Bible dans l’art » propose de regarder des images religieuses et, à partir d’un thème, d’en tirer le sens symbolique. L’image dévoile plus qu’il n’y paraît de prime abord. Ces études racontent les différentes sources qui ont inspiré les artistes, mais aussi leurs inventions imperceptibles au premier coup d’œil. Réfléchir sur l’image et sa place dans la Bible, c’est lui donner une force et un impact nouveaux, à la fois spirituel et artistique. La Trinité chrétienne, source d’inspiration en Occident, a ainsi profondément alimenté les œuvres d’art. Suzanne Braun revient de façon détaillée sur ce thème majeur en art et fondateur de notre histoire. De la même façon, l’auteure se penche sur la fin de la vie de Marie, non mentionnée dans les textes et pourtant illustrée abondamment par l’iconographie. Suzanne et son public s’interrogent sur l’origine et la signification de ces images.  Ils tentent, ensemble, d’apporter des réponses et quelques renseignements supplémentaires à l’histoire religieuse.

L’empreinte de la religion

Jusque dans les années 1960 l’Alsace était l’un des bastions du christianisme en France. De ce fait, la pratique religieuse y est restée plus élevée que dans beaucoup d’autres régions. Pendant des siècles, elle fut également le laboratoire de la « coexistence pacifique » entre les deux confessions, la catholique et la protestante. En témoigne leurs simultaneums, Saint-Pierre-le-Jeune et Saint-Pierre-le-Vieux. Par son histoire, Strasbourg a vécu des périodes troublées et violentes. Au 16ème siècle, la ville catholique passe à la Réforme intransigeante avant de redevenir une place privilégiée du papisme à la fin du 17ème siècle. Les sanctuaires de la ville ont ainsi été tour à tour des églises, puis des temples, avant de redevenir des églises. Les sièges successifs (1870-1914-1940) ont également profondément modifié l’architecture de la ville et l’empreinte allemande y reste très importante.

Le patrimoine religieux de Strasbourg est riche d’une histoire bi-millénaire. La capitale de l’Europe offre à ses habitants et visiteurs un large éventail de formes et de styles, depuis les fondations romaines aux édifices plus récents. Cette complexité religieuse a intéressé Suzanne Braun, qui proposera dès la rentrée prochaine un nouveau cycle de visites, ancré dans le paysage religieux de notre région :

« Les visites de Strasbourg proposées au cours du prochain cycle de septembre 2013 à juin 2014, suggèrent un voyage dans l’histoire de la ville à travers son patrimoine religieux. De l’époque romane, sont encore conservés quelques vestiges visibles dans les églises Sainte-Aurélie, Saint-Thomas, Saint-Pierre-le-Vieux et dans la cathédrale. À partir du XIIIème siècle, l’architecture religieuse connaît un nouvel essor et l’art gothique s’épanouit pleinement dans les édifices majeurs de la ville comme la cathédrale, mais aussi les églises Saint-Thomas, ou Sainte-Madeleine. Avec l’annexion de 1870 et le retour aux formes du passé médiéval, les églises de la ville se parent de décors de cette époque tout en privilégiant l’éclectisme.

Chaque édifice fera l’objet d’une explication détaillée sur le contexte historique de sa construction et sur son type d’architecture, sans oublier le mobilier artistique qu’elle abrite. »
De plus, Suzanne Braun produira cette année un documentaire filmé dessinant les portraits des différentes cathédrales.


Bref descriptif des visites


CATHEDRALE Jacques Hampé

   Cathédrale de Strasbourg


Le cycle de visites de Strasbourg organisé par Suzanne Braun aura pour thème principal cette année les églises de la ville. Parmi celles-ci, la cathédrale occupe une place de choix.

Plusieurs visites seront consacrées à cet édifice. Il s’agira d’abord d’explorer la partie la plus ancienne, à savoir la crypte. Elle se compose de deux espaces différents dont le plus ancien remonte au premier tiers du XIIe siècle. Quelle était la fonction de cet espace ? Quelles sont les différentes étapes de sa construction ? La deuxième visite concernera l’architecture. Il s’agira de savoir à quel moment s’est fait le passage du style roman, dans les parties orientales, au style gothique dans le reste de la nef ? Quels sont les modèles qui ont inspiré les architectes de la cathédrale ? Le décor sculpté fera ensuite l’objet d’une visite particulière. Enfin, ce seront les magnifiques vitraux récemment restaurés qui feront l’objet d’une visite spécifique. Il s’agira de comprendre quels sont les thèmes bibliques auxquels ils font référence.


saint-thomas Jacques Hampé

  Saint Thomas 

L’église Saint Thomas, autre construction majeure de la vie, conserve une façade et une chapelle romanes, ainsi qu’une nef gothique tout à fait exceptionnelle à cinq vaisseaux d’égale hauteur. Son mobilier est également d’une grande richesse et d’une grande variété. Il s’agira de comprendre le déroulement de la construction et de découvrir les nombreux monuments qu’abrite l’édifice, parmi lesquelles le célèbre mausolée du Maréchal de Saxe.


Crédits photos: Toutes les photos sont signées Jacques Hampé, photographe inscrit dans l'annuaire des acteurs du livre d'alsatica.eu : http://bit.ly/16Kdguk

 Suzanne Braun est également inscrite dans l'annuaire des acteurs du livre d'Alsatica: http://bit.ly/1eDAjcV

Petite interview de l'auteure à la médiathèque de Gérardmer sur l'art nouveau: http://bit.ly/1cYGhqO


Rédaction: Camille Feireisen