Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

africa america

Racines oubliées, Identités dévoilées 21/02/2013

La Chambre expose Africa-America de Philippe Guionie. A la découverte d’un monde oublié.


Un proverbe africain dit: « Le dialogue véritable suppose la reconnaissance de l’autre à la fois dans son identité et dans son altérité. »
Philippe Guionie a été pionnier dans ce dialogue véritable en allant à la rencontre de ces peuples noirs d’Amérique du Sud, trop souvent oubliés par un Continent à l’Histoire complexe.

Identité photographique

Philippe Guionie est historien de formation. Sa création en matière photographique se veut avant tout documentaire. Ses thèmes favoris abordent la complexité de la mémoire et les constructions identitaires. C’est donc à travers des portraits que Philippe Guionie propose une réflexion sur l’histoire humaine et son inscription dans le temps.

Le photographe est également l’auteur de nombreux ouvrages : Anciens combattants africains, Un petit coin de paradis ou encore Africa-America, l’objet de l’exposition à venir à La Chambre.

Il a à son actif plusieurs prix de Photographie, tel que le Prix Roger Pic en 2008 pour sa série « Le tirailleur et les trois fleuves ».
Chargé de cours de sémiologie de l’image à l’école de formation de la photographie et du multimédia, connue sous le nom de l’ETPA de Toulouse, il encadre également des workshops en France et à l’étranger. Il est aussi membre de l’agence Myop et est représenté à Paris par la galerie Polka.

Africa-America


Cette exposition se concentre sur les populations noires du Venezuela, de Colombie, d’Equateur, de Bolivie, Chili et du Pérou.
Dans toute cette partie andine du continent sud-américain, les influences africaines sont en effet aussi riches et variées qu’au Brésil ou aux Caraïbes. On a cependant plus tendance à les oublier. Un tort que Philippe Guionie a tenté de réparer, en s’intéressant à ces diasporas noires des Andes.

C’est au XVIème siècle, alors que l’économie des plantations en Amérique du Sud s’est largement développée, que débute une importation massive d’esclaves, venus d’Afrique.
Ces populations noires, qui descendent donc directement des côtes africaines, affirment aujourd’hui leur culture plurielle et leurs identités multiples. Influences indigènes, racines africaines et colonisation espagnole ont fortement contribué à cette richesse identitaire, qu’il est parfois difficile de rassembler en une unité bien distincte.

En effet, populations minoritaires de ces pays d’Amérique du Sud, les Etats ont depuis toujours une fâcheuse tendance à les marginaliser.
Pour désigner cette communauté, on parle le plus souvent d’ « afro-descendants », ainsi que d’une « culture afro ». Ils possèdent et suivent des traditions et des coutumes spécifiques, qui diffèrent de celles du continent sud-américain dans lequel ils vivent. Des traditions héritées de leurs ancêtres africains.
Bien qu’on parle généralement d’ « acceptation » de ces populations minoritaire, elle est, dans la réalité, tout à fait relative. Les inégalités demeurent, dans les faits, encore palpables aujourd’hui. Que ce soit à travers les discours politiques des classes dominantes ou de la vox populi plus largement, qui, n’étant pas noire, ne voit pas toujours d’un très bon œil cette communauté.
Et c’est dans ce flou sociétal que cette communauté, pas réellement considérée en tant que telle d’ailleurs, peine encore à se forger une identité bien à elle. C’est-à-dire, ne niant ni son passé, ni son présent. Un melting-pot d’influences mélangées par les années, un métissage culturel étonnant et détonnant.

La reconnaissance


Philippe Guionie a cherché à donner une voix et un visage à ces identités qui se cherchent.
Appareil photo autour du cou, il est allé à la rencontre de ces peuples isolés.
Il retrace ainsi, à travers des portraits réalistes, l’histoire d’une humanité.
Ces rencontres, toutes singulières, ont permis au photographe de participer, d’une certaine façon, à la construction identitaire de cette communauté. En leur accordant le droit à une représentation visuelle, ils ont pu s’affirmer par l’image mais aussi au-delà. Ce sont autant de visages qui émergent de l’ombre et laissent paraître, au-delà de toute fiction, des réalités humaines au travers de personnalités fortes et touchantes. Des êtres qui, pas si loin de nous, ne demandent qu’à être reconnus comme faisant partie d’une même Histoire. Une Histoire complexe, certes, mais riche de sa pluralité et de sa mixité.
A travers l’écriture photographique de Philippe Guionie, ce sont autant de voix qui s’élèvent pour un peu plus de reconnaissance et revendiquer le droit d’exister.

Le choix du noir et blanc pour les clichés semble ainsi rappeler l'intemporalité inhérente au monde  la photographie. Philippe Guionie donne avec une infinie finesse une place à ces hommes et à ces femmes dans l’Histoire universelle, dont ils ont à tort parfois été effacés.
Ces portraits sont autant de témoignages vivants d’une humanité en quête d’une identité que beaucoup nie, mais dont eux ont pris le parti, aujourd’hui, d’être fier.

Tout ce syncrétisme culturel est retranscrit dans des images qui s’efforcent de transmettre des vécus. Cette série offre un vaste mélange de photos, prises au fil du temps (5 ans de travaux pour réunir cette sélection !) et des humeurs.
Des scènes issues du quotidien, qui en disent parfois long sur le dur labeur d’une vie. D’autres clichés constituent de réelles mises en scène d’un moment précis, décor et pose pensés et préparés. Il y a les portraits pris sur l’instant, où l’on ne voit parfois qu’une partie d’un corps en mouvement. Il y a, au loin, les champs ou la mer, la nature, abrupte et sauvage, qui nous rappelle les travaux harassants auxquels s’adonnent ces hommes et ces femmes, durant des journées entières. Et puis, tous ces regards et ces sourires, tous âges confondus dans un même élan de joie de vivre, paupières closes et visage tendu vers le ciel, comme pour se délecter d’une liberté retrouvée. Et qu’importe finalement les habitations délabrées, c’est au cœur des fêtes traditionnelles et d’une solidarité communautaire que ces identité s’affirment et se dévoilent. Pour nous submerger.



         africa america

 

L’exposition Africa-America bénéficie du patronage de la Commission nationale française pour l’Unesco ainsi que des soutiens de la Fondation Alliance française, des Alliances françaises Venezuela, Colombie, Equateur et Pérou, sans oublier la coopération régionale pour les pays andins du Ministère des affaires étrangères et européennes, de Fuji, de la région Midi-Pyrénées et de la mairie de Toulouse.

Pour plus d’informations sur l’évènement à venir :

Rendez-vous sur l’event facebook :
http://www.facebook.com/events/232383396818788/

Vous pouvez réécouter une émission sur France culture (interview de Philippe Guionie) :
http://www.franceculture.fr/emission-la-vignette-la-vignette-philippe-guionie-photographe-2011-01-18.html

Le site officiel du photographe :
http://www.philippe-guionie.com/

Le site du lieu de l’exposition :
http://www.la-chambre.org/

 

Rédaction : Camille Feireisen.

Crédit photo : Philippe Guionie.