Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

 
Exposition_Angelus_Pulverem_300

Libre et nu 08/01/2013

La photographie a toujours entretenu un rapport étroit avec le nu. Peut-être parce que tous les deux ne veulent pas mentir à ceux qui osent regarder.

De plus en plus de photographes représentent le corps tel qu'il est et non tel que les standards de la mode l'affichent. Le corps est vie, le nu est beau.

Cependant, jusqu'aux années 70',  les magasines officiels ne lui ont pas accordé beaucoup de place sur le devant de la scène, et pour peu que le nu se soit hissé jusqu'à l'affiche c'est en payant le lourd tribut de l'académisme et de la retouche.

Avant les années 70's, le nu était surtout consacré aux « indigènes », illustrant ainsi les manuels scolaires ou encore une partie des revues de voyages. Il s'affichait aussi sur quelques magasines dits de « mauvais genre ». Le nu était autre, il n'était pas européen, il ne pouvait pas être nous. Pourtant, la fascination qu'il exerce sur l'Homme fut pour sa part, présente dès les débuts de la photo mais ne fut pas assez franche pour être révélée au grand jour.

La photographie aime le nu, elle ne triche pas avec le corps. Aujourd'hui, elle présente le plus souvent le corps tel qu'il est, avec ses défauts mais avec ses qualités aussi. L'image exhibe le physique de l'être humain dans sa simplicité la plus fragile. Non, la photographie ne triche pas. Elle met en valeur le corps : sa puissance et sa faiblesse, sa lumière et son obscurité. Le nu est désormais un genre artistique à part entière, il met en avant la représentation du corps humain dans sa nudité partielle ou complète, dans sa vérité la plus profonde.

Dans Angelus Pulverem, le photographe mulhousien Remi de Laphare expose ses derniers travaux : des photos de nus qui se révèlent dans la farine, elle qui permet la mise en avant des mouvements et de la grâce du corps de l'individu. Remi de Laphare, voici un photographe qui exploite le potentiel du corps parfois enfermé dans une pudeur qui ne lui va pas.


rémy de laphare


Où et quand ?
Foundation Gallery
28b rue des Franciscains
68100 Mulhouse
Renseignements : 03 89 66 06 89
darkimaging@orange.fr
www.facebook.com/pages/Remi-de-Laphare

Horaires :
Du vendredi 19 Octobre 2012 au samedi 31 Janvier 2013
De 11h à 19h, fermé le dimanche et le jeudi

Combien ?
Entrée libre