Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

 
valère novarina

Lecture : La Quatrième personne du singulier 27/02/2013

 L’auteur-dramaturge Valère Novarina lit pour nous, à la Librairie Kléber, samedi 2 mars.

Valère Novarina est un écrivain, dramaturge et metteur en scène franco-suisse. Il étudie à la Sorbonne la philosophie, la philologie et l’histoire du théâtre. En 2011, il a reçu le Prix de littérature francophone Jean Arp pour l’ensemble de son œuvre.

Sa première pièce, L’Atelier volant, écrite de 1968 à 1970 et mise en scène pour la première fois en 1974, sera à l’affiche du Maillon les 6 et 7 mars prochains.
C’est l’histoire de huit employés privés d’identités, ils sont appelés tout au long de la pièce par les lettres de l’alphabet et vivent sous le nom commun des époux Boucot. La pièce se construit autour de ce couple de patrons, obsédés par la peur d’une révolte des travailleurs. Face à cette angoisse permanente de « perte de contrôle », ils élaborent de complexes stratagèmes pour qu’aucun aspect de leur vie ne leur échappe, mettant un point crucial à utiliser les bons mots et bridant un langage qui pourrait, par inadvertance, se soustraire à leur contrôle.

A cette occasion, Valère Novarina sera présent à Strasbourg et il sera possible de le rencontrer à la Librairie Kléber où il lira des extraits de La Quatrième personne du singulier, ce samedi 2 mars.
La Quatrième personne constitue un ensemble de neuf textes qui s’intéressent plus spécifiquement au travail de dramaturge et aborde les thèmes récurrents de l’œuvre de l’auteur. Un ouvrage théorique, mais qui n’en perd pas moins toute sa force lyrique, propre à l’écrivain.
Valère Novarina parlera de la langue française, mais aussi hongroise, du théâtre, bien sûr, mais aussi du rôle de l’acteur et du sacré.

Une rencontre qui promet de beaux échanges, entre envolées lyriques et réflexions théoriques !

« Le théâtre peut opérer au fond de nous la rare division mentale : il nous ouvre, par une suite de joies libres, par scènes déchaînées et par un soudain chemin plus court ce qui était grammaticalement interdit dans toutes les langues : la quatrième personne du singulier... Je tu il et moi toi lui tournent en ronde infernale s'ils ne s'ouvrent à la quatrième personne du singulier, moteur invisible, délivreur du drame pronominal : comme dans le Livre de Daniel, les trois Hébreux dans la fournaise : un quatrième est avec eux. »

 

Où et quand ?

Librairie Kléber
Strasbourg

Samedi 2 mars à 17h.