Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

livre de poche fête ses 60 ans

Le Livre de Poche fête ses 60 ans ! 19/04/2013

Avec un palmarès de plus d’un milliard de livres imprimés et vendus en six décennies, un catalogue de 5 200 titres et plus de 2 000 auteurs, les éditions du Livre de Poche soufflent leur 60ème bougie dans la joie et la bonne humeur !


       livre de poche


Une révolution culturelle

Tout commence en février 1953, lorsque le secrétaire général de la Librairie Hachette, Henri Filipacchi -un homme visionnaire dira-t-on plus tard- décide de rendre l’accès à la grande littérature plus facile et plus économique.
L’homme avait auparavant participé au lancement des prestigieuses collections La Pléiade et La Série Noire. Il décide alors de mettre les techniques d’impression et de diffusion déjà dédiées au roman populaire au service des grands textes littéraires.
Le Livre de Poche est né. Ces petits livres à prix modique – 2 francs, soit 30 centimes d’euros-  cristallisent l’idée d’une culture ouverte et accessible à tous.

Certes, des livres d’un format similaire, c’est-à-dire tenant dans une poche, avaient déjà existé. En effet, dès 1905, les éditions Jules Tallandier commercialisaient des romans populaires à petit prix. En Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, la formule rencontrait déjà un franc succès avec les éditions, respectivement, Penguin Books et Pocket Books, dès les années 1930.
Mais c’est la première fois en France, que quelqu’un imagine donner à ce livre bon marché (dans les années 1950, le livre de poche est six fois moins cher qu’un ouvrage grand format) une dimension nouvelle, celle d’une littérature de qualité.
Les auteurs Pierre Benoit, A.J Cronin et Antoine de Saint-Exupéry furent les premiers à voir leurs romans publiés en format Livre de Poche : Koenigsmark, Les Clés du royaume et Vol de nuit ouvrirent la voie à toute une nouvelle gamme de grands écrivains.

Toutefois, le Livre de Poche ne remporta pas immédiatement le succès escompté. Aussi fallut-il attendre la fin des années 1950 et une nouvelle génération de lecteurs – les « baby-boomers »- prêts à profiter pleinement des avantages de ce nouveau format. Friands d’une littérature de qualité et partisans d’une plus grande accessibilité au savoir et à la culture, ils firent le succès du Livre de Poche. Ainsi, de 8 millions d’exemplaires vendus en 1958, les ventes explosèrent à 28 millions en 1969.


Démocratiser la lecture


L’idée était de créer une collection de poche généraliste et exhaustive, ouverte à tous les domaines et à tous les genres. Petit format, prix réduit, le kit parfait qui prenait enfin en compte les étudiants et, plus largement, un public qui ne pouvait jusque là pas s’offrir le luxe des collections plus chères. Le Livre de Poche fut ainsi la première collection de poche de grande diffusion en France. Henri Filipacchi avait réussi à démocratiser la lecture en rendant poreuse la frontière élitiste des savoirs.
Les grands textes classiques et modernes furent mis aux normes de diffusion du roman populaire, pour la plus grande joie de beaucoup, mais aussi le désarroi de certains. En effet, cette « révolution culturelle » a suscité d’âpres débat entre pro et anti. Il y eut des hostiles à cette pratique qu’ils appelaient avec mépris un « rabaissement de la littérature ».

Cependant l’idée fit son chemin et petit à petit elle fut même imitée par d’autres éditeurs qui suivirent ce modèle de rentabilité économique et d’ouverture sociale. Flammarion mit en place une nouvelle collection de poche avec J’ai lu en 1958, suivi par Les Presses de la Cité avec Presses Pocket en 1962 et Gallimard qui lança la collection Folio dès 1972.
Et si aujourd’hui un livre vendu sur quatre est au format poche, cela ne fait plus aucun doute que classiques et nouveautés ont trouvé leur place dans ce format, qui suscite le plaisir de lire. Les couvertures colorées ainsi que les préfaces par des signatures célèbres ont apporté une plus-value aux livres de poche.
« Le livre de poche est à l’origine d’une « rupture » irréversibles dans l’édition française : la démocratisation de tous les grands textes de littérature » soulignait lors d’un entretien la directrice générale de la maison d’édition du Livre de Poche, Cécile Boyer-Runge.
Cette « révolution culturelle » a été mise en exergue au Salon du livre de Paris cette année (du 22 au 25 mars). Une exposition retraçait l’histoire et les évolutions graphiques du Livre de Poche.


Prochaine étape : l’E-book du Livre de Poche

Le XXIème siècle offre à voir un nouveau modèle émerger : le livre numérique. Il y aura, bien sûr, les anti et les pro avec toutes les critiques et inquiétudes que l’on pourra entendre à son propos.
L’objet livre disparaîtra-t-il ? La  création de l’E-book du Livre de Poche est une nouvelle étape que ne veut d’ailleurs pas manquer la maison d’édition. Une nouvelle concurrence ? Rien n’est moins sûr à l’heure où les tablettes deviennent un moyen efficace d’emporter avec soi toute une panoplie de livres. L’évolution du produit livre est questionnée, et la scène numérique se trouve en plein débats. Reste à savoir si l’un est réellement en mesure de remplacer définitivement l’autre.
Peut-on se passer du livre papier ? Doit-on inventer un nouveau modèle de lecture ? La question se pose, dans la mesure où la lecture n’est forcément pas la même. Doit-on privilégier l’écran ou lui préférer le charme d’un bon vieux bouquin écorné au quatre coins ?
L’objet a certes l’avantage d’être malléable, de s’emporter dans une poche de veste et de pouvoir se lire partout, dans le métro ou sur un banc, dehors au soleil et en bord de mer…  il faut aussi avouer que la tablette et les reflets sur l’écran tactile ne font pas bon ménage ! Et puis, un livre, ça ne se décharge pas… Cela se lit à l’envi, n’importe où et n’importe quand. 
Cependant, il ne faut pas nier les atouts du livre numérique, petit ou gros volume contenu dans un seul objet, pratique pour les longs voyages, pour avoir tout à portée de main. Pas tout le monde rêve d’une bibliothèque qui prend la poussière, mais ô combien agréable à regarder !
Il se pose aussi la question de la durée de ces livres achetés sur internet et lisibles uniquement sur la Toile. Quelle pérennité ? 

Il ne faudrait toutefois pas trop s’en faire, déjà pour une raison : il y aura toujours des amoureux des livres. Des passionnés de littérature qui écrivent des notes et soulignent des citations dans leurs bouquins. Le livre numérique permettra d’avoir accès à des livres que nous ne serions peut-être pas allés acheter en librairie ou chercher à la bibliothèque. Les atouts du transport et le pouvoir d’hypnose de l’écran n’auront pas raison de l’imprimé.

Finalement la révolution culturelle se poursuit. Il faut juste qu’elle continue de susciter le débat pour ne pas tomber trop bas.


WeLoveWords

Un jeu concours a été lancé pour les 60 ans du Livre de Poche avec la communauté WeLoveWords. Le thème était « L’autoroute » et a début en octobre 2012 pour se finir quelques mois plus tard avec un lauréat, Diègue (alias Guillaume Pipon). Son texte Trois fils tendus au-dessus du vide sera édité en feuilletons, le tout en numérique, dès cet été. Pour lire le texte, c’est par ici : http://www.welovewords.com/documents/trois-fils-tendus-au-dessus-du-vide


Quelques chiffres pour vous donner le vertige

Le Grand Meaulnes d’Alain Fournier se vendit à plus de 5 millions d’exemplaires.
Quant au Journal d’Anne Frank et Germinal de Zola, ils se vendirent à plus de 4 millions d’exemplaires chacun.


Un succès marquant


Un amour de Swann
de Marcel Proust s’est vendu à 500 000 exemplaires lors de sa parution en format poche.


Le quizz des Libraires, pour vous faire lire !


http://www.livredepoche.com/le-quiz-des-libraires-10574


quizz des libraires livre de poche


Pour suivre les actualités liées à l’anniversaire du Livre de Poche, rendez-vous sur le site consacré à l’évènement : http://www.livredepoche.com/


Rédaction : Camille Feireisen
Images : site livredepoche.com