Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

 
la maison du bosphore

La maison du Bosphore 04/04/2013

Rencontre avec l’auteure turque Pinar Selek le 10 avril à la Librairie Kléber.



L’auteure.
Pinar Selek naît en 1971 à Istanbul en Turquie. Après des études en sociologie, elle devient une sociologue réputée et se passionne pour les minorités opprimées par la République turque. Elle s’engage alors totalement pour la défense des droits et la paix en Turquie.

Tout bascule. En 1998 Pinar Selek est accusée d’avoir aidé des rebelles kurdes à commettre un attentat terroriste. Un véritable et invraisemblable cauchemar judiciaire commence alors. Pinar est arrêtée et incarcérée pendant deux longues années, puis les rapports d’expertises concluent soudainement à une fuite de gaz ! Les tribunaux turcs vont l’acquitter à trois reprises, quand la Cour de cassation invalide à chaque fois le verdict.
Aujourd’hui, Pinar Selek risque la prison à vie. Pour s’être intéressée aux minorités et leur avoir donné une voix, notamment. Un comité de soutien s’est constitué, avec des écrivains tels que Orhan Pamuk et Yachar Kemal.

La jeune femme enseigne désormais à Strasbourg. Elle signe son premier roman, La maison du Bosphore, paru en Turquie en avril 2012. Pinar Selek écrit le roman d’une génération qui cherche son chemin entre la Turquie et celle de demain.

Le roman. «  A Yedikule, un des plus anciens quartiers d’Istanbul, quatre jeunes épris de liberté cherchent leur place dans une société figée depuis le coup d’Etat de septembre 1980. La condition des femmes et des minorités, les conventions sociales, l’oppression politique : tout leur pèse. Sema la rêveuse voudrait entrer à l’université. Salih l’apprenti menuisier cherche à perpétuer son art là où il a grandi tandis qu’Hasan le musicien aimerait faire vivre le sein sur les routes du monde. Seule Elif opte pour la voie périlleuse de la révolution. Quatre parcours, mais une même devise : il nous reste un demi-espoir… »


                                        la maison du bosphore


Où et quand ?

Rendez-vous à la Librairie Kléber
1, rue des Francs Bourgeois
67000 Strasbourg

Mercredi 10 avril, à 18h45.

A consulter. Le site de l’auteure : http://www.pinarselek.fr/