Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

revue 4

La Revue Alsacienne de Littérature 09/08/2013

Avec cette chaleur on a pas forcément envie de sortir même si certaines curiosités nous appellent. Qu'à cela ne tienne, nous vous présentons une revue qui vous permettra de vous cultiver au calme, chez vous et au frais.



La Revue Alsacienne de Littérature est née en 1983 sur une idée d'Auguste Wackenheim, médecin radiologue et professeur d'université. Il l’a ensuite dirigée et ardemment défendue jusqu’en 1996. Après lui, Adrien Finck (universitaire, mélomane et poète chantre du trilinguisme) a pris le relais en prenant les rênes de la revue pendant dix ans : de 1997 à 2007. Depuis, c'est Maryse Staiber, professeur au département d'études allemandes qui est directrice de la publication.

Cette revue, majeure pour notre région et pour tous les amoureux du français, de l'allemand mais aussi de l'alsacien célèbre la « triphonie » et donc l'interdépendance de ces trois langues mais aussi de ces trois cultures. En effet, les auteurs amateurs de la « triphonie » partagent un même amour, égalitaire pourrait-on dire, pour ces trois langues qui peuvent compenser les apories les unes des autres et ainsi célébrer la beauté de la diversité. De cette manière, il apparaît bien souvent que les textes rédigés par des auteurs qui sont nos contemporains directs sont en version bilingue pour ne laisser personne sur sa faim. Un vaste panel d'intellectuels participe donc à cette revue, eux qui  prennent soin d'assurer la diversité des contenus. Des écrivains tels que Jean-Claude Walter, Syvie Reff, Gaston Jung, Albert Strickler, Gérard Pfister, Claudia Scherrer (pour ne citer qu'eux) ainsi que de nombreux plasticiens ont fait de ce lieu de paroles et d'échanges une estrade où l'on vient défendre et proposer ses travaux mais aussi y publier poèmes et nouvelles par exemple.


revue 2


Cette revue qui a aujourd'hui 30 ans, prouve grâce à sa longévité son succès. Ce succès est dû en partie à l'ouverture des contenus à des collaborateurs de la région rhénane ce qui fait qu'elle tisse  habillement des rapports entre les trois langues et que chacun peut donc y trouver son compte.  Ainsi, la revue appelle de nombreux collaborateurs, issus de milieux divers et variés, et par un effet de rebond un public large est visé.


Cette revue est d'une certaine façon le forum de la vie littéraire en Alsace. Elle se consacre en premier lieu (dans un esprit proche d'une défense et illustration pour reprendre les termes de Du Bellay) à l'identité et à certaines de ses marques tout en refusant de figer cette dernière. La Revue Alsacienne de Littérature affirme la spécificité régionale mais refuse de se replier sur elle-même. Solidement ancrée dans sa région, cette revue explore pourtant le monde. En effet, par les particularismes qu'elle investit, elle entend montrer sa qualité transfrontalière et plus largement européenne, notamment dans l'espace rhénan. L'exemple même de cette volonté de s'ouvrir au monde et aux cultures tout en gardant son identité se trouve dans le numéro 113-114 de la revue alsacienne de littérature qui revêt comme couverture  un « haïku dessiné »  par l’artiste alsacien Camille Claus. La tradition japonaise touche alors les auteurs alsaciens, les cultures s'interpénètrent. De plus, si notre revue est avant tout un support écrit, elle se donne aussi à vivre. Il semble alors qu'elle n'hésite pas à apparaître dans le paysage culturel par l'intermédiaire des rencontres littéraire que ses rédacteurs organisent ainsi que par sa participation actives aux manifestations culturelles et bilingues de la région. 


revue 3


Depuis le numéro double 113-114, la revue a pris un nouveau tournant. Autour de Maryse Staiber, Anne-Marie Soulier, Paul Schwartz, Jean-Claude Walter, Alain Fabre-Catalan, Jacques Goorma, Gaston Jung, Muriel Stuckel, tous écrivains et membres du comité de rédaction, une nouvelle formule de la revue a été élaborée pour renforcer l'impulsion de cette dernière dans notre paysage culturel. Désormais, la revue devient semestrielle (avec généralement une parution en juin et une en décembre) permettant ainsi la concomitance d’un dossier thématique et d'autres textes (fortement présents dans l'ancienne version). Plus particulièrement, cette nouvelle version entend donner ses lettres de noblesse à un volet intitulé "Patrimoine", mis au centre. Ce volet a pour fonction de valoriser un fonds culturel qui est le nôtre et qui pourtant reste peu connu ou inédit.

De plus, superbement décorée, dense et de qualité, cette revue devient bientôt plus qu'un simple magazine, elle devient un objet d'art à part entière qui mérite de figurer dans votre bibliothèque à côté des plus grands auteurs alsaciens.

La Revue Alsacienne de Littérature permet alors de voyager dans les splendeurs de la littérature qui nous entoure et de nous plonger au plus profond de la beauté qui est celle de notre espace rhénan. Cette revue entend bien faire de notre richesse culturelle un seuil, un point de passage à traverser pour s'ouvrir au monde en compagnie de l'ami lecteur et de l'amateur confiant de littérature.


revue 1

Pour vous abonner :

Prix de l'abonnement annuel : 40 euros (France), 45 euros (Etranger), 30 euros (Etudiant).
Prix public du numéro : 22 euros.
Un abonnement de soutien est laissé à la générosité du donateur.
Comité de rédaction : Laurent Bayart, Alain Fabre-Catalan, Jacques Goorma, Gaston Jung, Paul Schwartz, Anne-Marie Soulier,Maryse Staiber, Marie-Thérèse Wackenheim, Jean-Claude Walter, Patrick Werly.
Membre correspondant :Karlheinz Kluge
Membre d'honneur :Claude Vigée
Directrice de la publication :Maryse Staiber, Présidente de l’association
Vice-Présidents :Jacques Goorma, Paul Schwartz
Secrétaire générale :Anne-Marie Soulier
Trésorière :Marie-Thérèse Wackenheim
Réalisation :Maryse Staiber, Marie-Thérèse Wackenheim

Plus d'informations sur : http://larevue-ral.blogspot.fr/

Propos : Mélissa Reymann