Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

malgré nous tome 4

L’histoire des Malgré Nous, en Bande dessinée 22/05/2013

Thierry Gloris et Marie Terray signent le quatrième volet de la série Malgré nous, et nous entraînent, une fois de plus, dans les turpitudes de la Seconde Guerre mondiale.

L’auteur

Thierry Gloris est né le 29 mars 1974 dans la Franche-Comté. Sa passion pour les bulles a débuté dès son plus jeune âge avec les grands classiques du genre : Astérix, Gaston Lagaffe, Sylvain et Sylvette… A l’adolescence, il découvre les Comics puis les Manga. A la fac, son DEA en histoire va lui inspirer de nombreuses histoires, auxquelles s’ajoute son goût pour la littérature du 19ème siècle : Emile Zola, Honoré de Balzac, Guy de Maupassant ou encore Edgar Allan Poe sont ses livres de chevet.
Il débute alors une carrière de pigiste indépendant dans des journaux historiques et c’est en 2004 qu’il s’expérimente en tant que scénariste dans le Journal de Spirou.
S’intéressant tout particulièrement à l’illustration, il décide de contacter l’auteur Mickaël Bourguoin afin de lui proposer le scénario de son premier ouvrage, Le Codex Angélique, un thriller psychologique.
Suite à sa participation au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, il fait la rencontre du scénariste Thierry Joor, avec lequel il travaillera aux éditions Delcourt.

En 2009, il débute la saga des Malgré nous, parue aux éditions Quadrants. La série, idéalement prévue en sept tomes, s’interroge avant tout sur l’identité. Cette thématique trouve son écho dans chaque tome qui évoque une facette de la guerre : la propagande, le champ de bataille, le traumatisme psychologique.
Le premier tome de la série, Elsaß, présente les personnages et l’intrigue. Le second, Ostfront, s’intéresse plus particulièrement à l’entraînement de Louis/Ludwig au sein de la Waffen-SS. Dans ce second album, Louis arrive dans un camp d’entraînement de la SS. Dans les forêts sombres de Poméranie orientale, il est soumis au « drill », un entraînement physique et psychologique extrêmement difficile qui vise à briser toutes les velléités de résistances aux ordres des jeunes rebelles Alsaciens et Mosellans. Louis n’aura d’autre choix que de se plier aux exigences et aux conditions très dures du camp.
Le premier cycle s’est achevé avec le tome 3, Germania, qui décrit l’incorporation de force des Alsaciens et le front Est. Dans ce troisième volume, l’auteur entraîne le lecteur à l’arrière front à Berlin, capitale de l’Allemagne nazie où vivent les vainqueurs de la guerre.
Le dernier tome paru, Alsace, constitue une transition qui permettra au héros de quitter le front russe pour retourner dans sa région natale. Louis/Ludwig, déserteur, tente de trouver un passage vers la France libre tandis que sa famille essaie de vivre dans Strasbourg occupée.
Ce dernier album ouvre la voie au second cycle, davantage axé sur la résistance et les Forces Françaises Libres (FFL).
Sur fond de quête identitaire, Thierry Gloris signe avec cette série un vibrant hommage rendu à tous les Alsaciens et Mosellans qui furent enrôlés de force dans l’armée allemande ainsi qu’à leurs descendants. Le dessin à l’aquarelle de Marie Terray joint le réalisme à la sobriété et souligne avec force mais discrétion le scénario de Thierry Gloris. Ils livrent ainsi un poignant témoignage d’une époque souvent mal connue des Français.

« L’important pour moi était de porter témoignage d’une réalité singulière et d’éviter d’être trop manichéen. » confiait l’auteur en parlant de sa série des Malgré nous. Pari gagné si l’on en croit l’écriture, très réussie, des quatre premiers tomes. Pas de dichotomie nette entre le Bon et le Mal, mais tout un panel de situations et d’émotions.


                        malgré nous tome 1

Les « Malgré-nous » ancrés dans l’Histoire

L’armistice du 22 juin 1940 cède l’Alsace-Lorraine à l’Allemagne nazie. La convention fut signée entre le représentant du Troisième Reich allemand et le chef du gouvernement français de Pétain. Les hostilités débutées après la déclaration de guerre du 3 septembre 1939 devaient cesser. Mais à quel prix ? Les conditions de l’occupation de la France par l’Allemagne furent posées, au grand avantage de l’Allemagne. La France métropolitaine fut ainsi divisée en deux parties par une ligne de démarcation, entre zone occupée par l’armée allemande et une zone dite « libre ». En échange de cet armistice, la France préserve sa souveraineté sur l’ensemble du territoire. L’annexion de l’Alsace-Moselle suit de facto cet armistice, laissant le sort de milliers de Français sous le joug allemand.

Le terme « malgré-nous » désigne les Alsaciens et Mosellans qui furent enrôlés de force dans l’armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale. L’Alsace-Lorraine, annexée par l’Allemagne nazie en 1940, fut contrainte de se soumettre au Führer et c’est ainsi que des milliers de jeunes Alsaciens et Mosellans durent entrer dans les rangs de l’armée régulière allemande, la Wehrmacht, l’armée de l’air, la Luftwaffe, la marine allemande, la Kriegsmarine et la branche militaire de la SS, la Waffen-SS. Le 25 août 1942 le service militaire obligatoire pour les Alsaciens est décrété. Ceux qui refusaient de s’engager se retrouvaient dans des camps, ainsi que leur famille. Faute de comptage officiel, on estime que 130 000 jeunes hommes furent incorporés de force dans l’armée allemande.

Déjà durant la Première Guerre mondiale, les Alsaciens-Lorrains avaient été mobilisés par l’Allemagne suite à une première annexion lors de la défaite française de 1871. Cependant, l’enrôlement est tout à fait différent lors de la Seconde Guerre mondiale, tant du point de vue sociologique que juridique. En effet, les jeunes Alsaciens et Mosellans se sentent avant tout Français et la nationalité allemande leur a été imposée par le Führer. De plus, l’annexion des trois départements français par l’Allemagne nazie n’a pas été ratifiée par le droit international. Ce qui pose un problème de légalité juridique.
Le terme « malgré-nous » trouve alors tout son sens durant la guerre de 1939-1945, mettant en évidence le sort de jeunes enrôlés « malgré eux » pour se battre contre leur propre pays.

En 1940, la France vaincue, cède donc l’Alsace et la Lorraine à l’Allemagne. Une histoire qui se répète, l’histoire de deux régions ballotés d’une nation à l’autre et malmenées par les turpitudes de la guerre. C’est l’histoire de l’un de ces malgré-nous qu’a choisi de nous conter Thierry Gloris. 


                  malgré nous tome 2

 

Une identité éclatée

Le principal protagoniste, Louis Fisher, vient d’une famille qui se sent française. Une famille qui a souffert de cet état de guerre constant entre deux nations, la France et l’Allemagne, desquelles ils auront tour à tour la nationalité.
Louis est un étudiant plutôt frivole et amoureux. Il ne s’intéresse pas à la politique, qu’il trouve trop éloigné de ses préoccupations. Il sera malgré lui plongé au cœur de l’Histoire, qui n’aura de cesse de le ramener dans une réalité bien cruelle.
L’auteur narre la vie de cette génération sacrifiée sur l’autel de la guerre. Louis va éprouver dans sa chair la perte de son identité et la détérioration de son intégrité morale.
La perte de repère se fait en effet durement sentir dans le récit du scénariste, celle d’une population qui se considérait française depuis une bonne vingtaine d’années mais qui fut contrainte de s’allier à une Allemagne toujours perçue comme un envahisseur. Usurpateur d’une identité éclatée, le Troisième Reich imposa ses valeurs et ses coutumes aux deux régions, françaises de cœur.
C’est une réalité historique difficile à décrire que Thierry Gloris raconte avec émotion. Pour cela, le scénariste s’inspire largement du passé de sa famille et permet ainsi à son récit de s’imprégner d’une sensibilité réelle, en dévoilant le désarroi véritable de toute une population.
Ce travail de mémoire et d’hommage rendu aux « malgré-nous » est mis en scène par Marie Terray. Ces années d’angoisse sont perceptibles par-delà l’écriture du scénario, dans le dessin de l’illustratrice. Sa plume réaliste fait jeu avec des couleurs à l’aquarelle d’une grande sobriété. Romance, politique et guerre jouent parfaitement en duo avec la fiction dans cet ouvrage aux valeurs historiques. L’histoire de ce « Malgré nous » est racontée avec réserve et douceur, en dépit de la brutalité du sujet.
Néanmoins l’ouvrage ne se veut pas du genre historique et l’auteur s’en défend. Il l’explique dans le préambule, c’est tout d’abord en hommage à son arrière grand-père qu’il a écrit cette œuvre. Et puis aussi parce qu’il y a certaines choses qu’il est parfois bon de rappeler…


                                        malgré nous tome 3


L’histoire est celle de Louis Fisher, un jeune Alsacien de 20 ans. Alors qu’il rêve d’une romance impossible avec la belle Annette Lux, Louis n’hésite cependant pas à faire valoir la primeur de son identité française. Capturé par une patrouille allemande après le couvre-feu alors imposé dans toute l’Alsace, le jeune homme est enrôlé de force par l’armée des envahisseurs. Tentant de survivre, Louis doit faire face à une adversité qui le dépasse, tout en essayant de préserver un sens à sa vie. L’identité du jeune homme s’en trouve changer, jusqu’à son appellation : Louis est renommé Ludwig lors de son enrôlement dans la Waffen SS.
Louis, Ludwig. Deux prénoms pour un seul homme, si jeune pour savoir réellement qui il est. Mais qui sait déjà qu’il doit se battre pour survivre.
Cette force de survie, Louis la doit à ceux qui sont restés et l’attendent, ses parents, ses sœurs, Annette, cet amour de jeunesse auquel l’Histoire l’a arraché brutalement. Il les espère vivants, et cette pensée le pousse à ne pas abandonner la victoire aux envahisseurs.

Les destins s’entremêlent dans le scénario proposé par l’auteur : celui du collabo et du résistant. Et, face à ces deux visages antagonistes, d’autres portraits émergent. Tous ces Alsaciens qui eurent tant de mal à s’adapter aux changements de régime, tel que le père de Louis Fisher qui ne souhaite pas y être mêler mais le sera malgré lui, ou encore sa sœur qui tombe amoureuse d’un soldat allemand.

Les sentiments contradictoires assaillent notre jeune héros, qui tente envers et contre tout de reconstruire son identité éclatée. Mais alors même que la guerre continue de faire des ravages, comment y parvenir ? Où trouver la matrice de sa propre identité, entre deux nations qui se rejettent violemment ?

Louis doit faire face à ceux qu’il considère comme étant ses frères de cœur, tout en essayant de sauver sa peau contre eux. Il rejette la nationalité allemande, mais n’est plus considéré comme français pour autant. Cette alternance malsaine perturbera profondément le jeune homme.

La quête identitaire s’avère d’autant plus difficile que la perte de repères est totale. A l’âge où l’homme se construit, Louis/Ludwig perd la trace de son passé et se retrouve confronté à un avenir semé d’angoisses et d’incertitudes. Par delà l’Histoire, Thierry Gloris entraîne son lecteur dans une fiction haletante, où les affres de la guerre se mêlent au roman d’initiation.


                malgré nous tome 4
               

Rédaction: Camille Feireisen
Crédits photo: couvertures des albums de la série Malgré nous, scénario: Thierry Gloris, illustration: Marie Terray