Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

festival-strasbourg-mediterranee-2013_600C

Festival Strasbourg-Méditerranée : le « Métissage » au cœur de la création artistique 12/10/2013

Tous les deux ans et durant 15 jours le festival Strasbourg-Méditerranée met en lumière la richesse intellectuelle, artistique et culturelle des peuples de la méditerranée. 

Pendant 15 jours, du 30 novembre au 14 décembre, le festival Strasbourg-Méditerranée partira à la découverte de la diversité culturelle et des liens entre les rives Nord et Sud de la Méditerranée.  Pour sa 8ème édition, le festival aura pour thème le Métissage et propose de mettre en valeur la création artistique dans ses expressions visuelles, sonores, littéraires et scéniques avec une programmation comptant plus de 70 évènements : hommages, concerts, spectacles, films, expositions, rencontres littéraires, lectures, contes, ateliers et débats dans une trentaine de lieux de la Communauté Urbaine de Strasbourg.


festival-strasbourg-mediterranee-2013_600C


Dans l’idée de promouvoir les mémoires et les cultures des peuples de la Méditerranée, des artistes, écrivains et acteurs de la vie civile et publique des deux rives de la méditerranée se mobilisent pour questionner l’identité, les cultures et les influences croisées. Le festival invite à aborder toutes ces formes de métissage, processus de la « créolisation » du monde, cher au poète Edouard Glissant.

Créé en 1999 à l’initiative de l’association Décade, coordinatrice de la manifestation, et d’un collectif d’acteurs associatifs, culturels et institutionnels, mais aussi des artistes et des chercheurs intervenant dans le domaine des mémoires et des cultures de l’immigration, le festival Strasbourg-Méditerranée est soutenu par le FASILD, la Ville de Strasbourg, Drac Alsace, la Région Alsace et le Conseil général du Bas-Rhin. Il se déroule tous les deux ans. Il a pour principales missions de « promouvoir la présence et l’ancrage ancien à Strasbourg et en Alsace des populations issues du bassin méditerranéen » et de « développer des espaces de parole et d’expression artistique ». Cette année, le festival sera dédié à Pinar Selek, écrivaine et sociologue turque exilée à Strasbourg et sera également l’occasion de célébrer le 30ème anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme.

L’Autre au cœur du « Métissage »


Tisser des liens entre l’excellence artistique et l’éducation populaire, tel est l’objectif de l’édition 2013 du festival Strasbourg-Méditerranée, qui s’impose comme chronique des mondes métissés. L’identité vue comme dynamique et plurielle sera au cœur des débats, dans un esprit d’enrichissement mutuel et d’exploration de la culture de l’Autre. L’expérience du métissage a inspiré de nombreuses créations artistiques, philosophiques et littéraires et, face à la montée inquiétante des extrêmes et de l’exclusion, il semble primordial de rappeler que la diversité culturelle est au cœur de la société française, toujours plus métissée.

Les thèmes des éditions précédentes : l’hospitalité, les nouvelles identités, la frontière, les héritages, les exils, démontrent d’une volonté commune et toujours plus grande d’approfondir les réflexions autour de l’altérité et de l’interculturalité, viviers de l’étude civilisationnelle.


rencontres_strasbourg_mediterranee


Métissage et métissages

Le métissage culturel évoque un mélange d’influences culturelles, en fonction du pays où l’on vit, de nos origines, de notre religion, de nos inclinations… Toutes sortes d’éléments, d’émotions aussi, qui influencent les créations artistiques, littéraires, la façon de penser également et de « percevoir » les choses qui nous entourent. Le métissage culturel ne correspond d’ailleurs pas forcément au métissage dit « génétique ». Par exemple, on pourrait imaginer un groupe de musique métissé, non par les origines des membres du groupe, qui importent peu au final si cela n’apporte rien en soi à la musique. Mais intégrer des influences orientalisantes, africaines (ou autre) dans un cadre musical précis, développerait une culture musicale métissée. Partant de cet exemple, les influences culturelles extérieures sont multiples et dans bien des domaines : linguistiques, musicaux, de la création artistique etc. Souvent, ce métissage culturel émane d’un « choix » en fonction de nos goûts et de nos attirances pour d’autres cultures, pour l’Autre, en somme. Intégrer autrui dans sa pensée et l’estimer comme faisant partie de son inspiration créatrice. Le métissage et les métissages comme liens entre des cultures voisines ou éloignées, des influences croisées et traversées par des idées, ce sont les thèmes de réflexion qui seront abordés tout au long de ce festival, entre réalités historiques et sociales.


13915901-feat


Pinar Selek : symbole de lutte pour la justice et la liberté de penser

Féministe, antimilitariste, sociologue, écrivain et militante turque, Pinar Selek est née en 1971 à Istanbul où elle a d’abord étudié la sociologie à l’université de Mimar Sinan, pensant qu’il faut « analyser les blessures de la société pour être capable de les guérir. » Elle se fait rapidement une place dans le monde associatif et artistique en marge et cofonde l’Atelier des Artistes de Rue. Proche des milieux anarchistes ou en marge, des « exclus » de la société turque des années 90, la sociologue approfondit ses recherches sur le terrain. Elle dénonce rapidement la violence policière et nationaliste pour toucher l’opinion publique et construire plus de solidarité au sein de la société turque. La question kurde sera au cœur d’un projet d’histoire orale de plusieurs années durant lesquelles la sociologue aura l’occasion de voyager au Kurdistan, en France et en Allemagne. Arrêtée par la police d’Istanbul et torturée pour la forcer à divulguer les noms des personnes qu’elle a interviewées pour son travail de recherche, elle est alors accusée d’avoir déposé la bombe qui fit sept morts et une centaine de blessés au marché aux épices de la capitale turque, le 9 juillet 1998. Plusieurs rapports d’expert certifieront par la suite qu’il ne s’agit pas d’une bombe mais d’une explosion accidentelle d’une bouteille de gaz. Rien n’y fera : c’est le début pour la jeune militante d’un embroglio politico-judiciaire qui dure maintenant depuis plus de quatorze ans. Après plus de deux ans passés en prison, Pinar Selek est finalement libérée en décembre 2000. Un an plus tard, elle fonde l’association féministe Amargi qui s’engage contre les violences faites aux femmes, pour la paix et contre les dominations. Elle écrira également plusieurs ouvrages, fruit de ses réflexions et de ses rencontres, et des articles sur toutes les formes d’exploitations et de violences dans la presse et des magazines engagés. Après trois acquittements, la militante a été condamnée par le tribunal d’Istanbul le jeudi 24 janvier 2013 à a prison à vie. Pinar Selek vit aujourd’hui en exil à Strasbourg.
Elle a écrit deux livres en français Loin de chez moi….mais jusqu’où ? paru aux éditions iXes en mars 2012 et La maison du Bosphore  son premier roman aux éditions Liana Lévi. La militante continue néanmoins son engagement en Turquie par l’intermédiaire de la revue Amargi.

Le collectif de solidarité avec Pinar Selek en Turquie a lancé une campagne internationale, entre le 1er octobre et le 1er novembre 2013, d’envois de lettres au Ministre de la justice turc. Le but : « relever le caractère politique du procès qui est fait à Pinar Selek et pointer la soumission de la justice aux forces politiques. »


affiche-strasbourg-mediterranee-2011


Image61


2007

Programme complet du Festival sur www.strasmed.com

Rédaction : Camille Feireisen

Affiches des différentes éditions du Festival Strasbourg-Méditerranée