Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

 
la violence des riches

Chronique d’une classe sociale 12/12/2013

Rendez-vous politique et social à la librairie Kléber pour un débat… engagé. Le 17 décembre à 17h.

Sur fond de crise, Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot et Marion Montaigne présentent leur chronique d’une immense classe sociale, La violence des riches. Entre PSA, Doux, Arcelor, Petroplus, Goodyear et tant d’autres, la classe sociale bat son plein.
Le livre mêle récits de vie, micro-enquêtes, faits d’actualité, portraits et données chiffrées. Les deux sociologues dévoilent ainsi le tableau d’une grande agression sociale, un monde social morcelé. Ils accusent une violence généralisée, qui possède ses agents, ses stratégies et ses lieux de prédilection. Depuis 25 ans, les auteurs étudient ce phénomène de peur sociale.
Ce guide pratique s’adresse aux « dominés » et décrypte l’arsenal de la brutalité feutrée, ainsi que ses codes. Ils proposent d’entrer dans les coulisses de la guerre sociale et d’écouter parler ceux qui font le monde d’aujourd’hui et … de demain. Avec cynisme, ils retracent un long parcours semé d’embûches.
Bourdieu parlait ainsi de « violence symbolique », intériorisée par ceux qui en sont la cible. Les auteurs expliquent de cette manière comment la domination sociale s’installe dans les esprits, dans les corps et dans l’espace. Ils en dévoilent les pernicieux mécanismes et s’interrogent sur la manière de s’en libérer.
Les auteurs n’hésitent pas à laisser leur part de faute (et de culpabilité ?) aux politiques, responsables d’une grande part de cette violence. Du pacte budgétaire européen sur la compétitivité en passant par le tournant de la rigueur des années 80, les auteurs parcourent un long chemin de politique, de faux semblants et de déceptions. Le livre se ferme sur les luttes sociales et propose d’esquisser une sociologie de la colère populaire.

Où et quand ?

A la librairie Kléber
1 rue des Francs Bourgeois à Strasbourg

Le 17 décembre à 17h