Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

 
Fritz-DanielGuggenbuehl

A la croisée des langues 15/02/2013

Le Centre Culture Alsacien vous invite ce mercredi 20 février à la découverte d’un petit bijou littéraire, qui mêle à merveille récits d’enfance et expressions linguistiques.

Daniel Guggenbühl est né à Strasbourg en 1934. Aujourd’hui retraité, il a longtemps assumé un poste de haut fonctionnaire européen à Bruxelles, où il vit depuis. Il vient tout juste de publier un roman, Fritz, paru aux éditions Bourg Blanc.

Ecrit en trois langues : alsacien, français et allemand, ce petit bijou associe l’écriture aux photographies d’une époque en pleine mutation. De 1944 où l’Alsace était occupée par les Allemands, à l’arrivée des Américains et la reconnaissance de la région comme faisant à nouveau partie de l’Hexagone, Daniel Guggenbühl se remémore les souvenirs qui ont jalonné son enfance dans un petit village alsacien.
Le petit écolier a rempli des cahiers entiers, sans savoir qu’ils feraient un jour partie prégnante d’un témoignage poignant du vécu de tant d’alsaciens, pour qui leur dialecte fut un temps synonyme de rébellion contre l’occupant.

L’auteur restitue le cadre d’une enfance passée sous l’occupation, puis libérée à la fin de la guerre. Composé de vingt six petits récits, le roman mêle les souvenirs tirés du journal intime de l’écrivain  à des photos de paysages.
Sans pathos, ces récits transmettent avec charme l’insouciance d’une enfance passée entre deux langues officielles, l’allemand et le français, et l’alsacien, dans l’intimité du foyer.
Fritz, c’était l’âne du village avec lequel aimait s’amuser le petit écolier.
Et entre souvenirs naïfs et joyeux d’un petit alsacien et gravité de la guerre, c’est avec tact et simplicité que l’écrivain nous entraîne à la découverte d’une époque, et d’une région.

« J’ai écrit ces petits récits, en partie romancés, en pensant à mes années d’enfance à Ingwiller, dans un monde aujourd’hui disparu où on parlait encore la langue régionale, qui n’est d’ailleurs pas morte, y compris grâce aux efforts du Centre culturel alsacien. » Daniel Guggenbühl.

Où et quand ?

Au Centre Culturel Alsacien – Elsässisches Kulturzentrum
5, boulevard de la Victoire
67000 Strasbourg

Ce mercredi 20 février, à 18h30.

Pour plus de renseignements :
03 88 36 48 30
http://www.centre-culturel-alsacien.eu/