Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

 
angouleme

5 BD alsaciennes au prestigieux festival d'Angoulême 09/12/2013

La 41ème édition du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême se déroulera du 30 janvier au 2 février prochain. Si cela mérite ici une petite actualité, c’est parce que cinq BD « made in Alsace » ont été sélectionnées pour l’occasion. Bref retour sur ce cru alsacien.

Tous les ans depuis 1974, le festival de la BD d’Angoulême a lieu dans la ville éponyme en janvier. La sélection officielle de la prestigieuse manifestation dédiée à la bande dessinée a été dévoilée mercredi 27 novembre : 5 albums de la Haute école des Arts du Rhin ont été remarqués. En termes de notoriété, Angoulême a réussi à se classer en troisième position derrière la Festival de Cannes et celui d’Avignon.

Monde du 9ème Art

De nouvelles lignes se dessinent au fil des décennies, entre l’avènement du numérique et des nouveaux comportements de lecture, de nouvelles approches créatives émergent. De l’internationalisation à la régionalisation, les interactions deviennent multiples et les formes artistiques s’en trouvent enrichies.
Le Festival amorce un nouveau chapitre et s’intéresse davantage à l’une des composantes majeures du futur de la bande dessinée : la relation de cette dernière au monde. Du monde de l’enfance, la BD est passée au monde, tout court. Elle s’adresse désormais aux petits comme aux grands et chacun y découvre des dessins qui lui parlent et l’interrogent.
Un monde que la bande dessinée tente de décrire avec précision, distance et panache. A cet égard, le neuvième art use de nouvelles formes d’expression et emprunte de plus en plus au reportage, à la photographie, à l’enquête. En un mot, à tout ce qui évolue constamment. Son objectif : inspirer.

La Haute école des arts du Rhin : cinq diplômés sélectionnés

Parmi la cinquantaine d’albums en sélection officielle, l’école de la HEAR compte cinq diplômés en illustration : Marion Fayolle pour « La Tendresse des pierres », un projet de diplôme 2011 publié par Magnani, Simon Roussin pour « Heartbreak valley », un projet de diplôme 2011 publié par 2024, Benjamin Adam pour « Lartiques et Prévert », un projet diplôme 2007, publié par La Pastèque, Nicolas Wild, diplômé en 2000, pour « Ainsi se tut Zarathoustra », publié à la Boîte à Bulle et Fabien Mense, diplômé en 2003 avec Olivier Milhaud pour « Agito Cosmos T2 », publié par Glénat.
A noter que pour Marion Fayolle, Simon Roussi et Benjamin Adam, les albums qui ont été sélectionnés pour participer au Festival d’Angoulême sont des projets de diplômes, c’est-à-dire des œuvres préparées durant leur dernière année d’études au sein de l’école.
Cette 41ème édition mettra également en valeur Marion Fayolle dans son espace dédié aux Jeunes talents, à travers une exposition consacré à la jeune dessinatrice.

Plus d’infos sur l’HEAR : www.hear.fr