Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

Pour être fort, il faut s'unir 30/10/2012

Parce que mutualiser les expériences et les coûts et avoir une réflexion collective est plus efficace que d'agir isolément, les libraires indépendants en Alsace ont créé une association : A.LIR.

Avec  25 000 points de vente dont 2 000 à 2 500 commerces vendant des livres à titre principal, la France est le pays au monde comptant le plus grand nombre de librairies sur son territoire. Relativement bien réparti dans l'Hexagone, le maillage des librairies indépendantes devrait être un atout pour notre pays. Pourtant, leur situation économique est depuis quelques années des plus fragiles.


Malgré la loi de 1981 sur le prix unique du livre, le taux de rentabilité moyen des librairies ne dépasse pas 0,3 %, c'est le taux le plus faible parmi l'ensemble des commerces de détail, dixit le syndicat de la librairie française (SLF). Sont mis en cause divers facteurs, dont les « mégapoles de diffusion en ligne », la crise économique, une érosion des achats de livres, les outils numériques qui supplantent la lecture, les charges qui ne cessent d'augmenter, etc.


Les libraires en Alsace n'échappent pas à cette morosité ambiante. Sur les deux départements qui constituent la région, on dénombre quelque 37 enseignes indépendantes dont 16 ayant obtenu le label LIR (librairie indépendante de référence), label dont la vocation est de soutenir et de valoriser le travail de sélection, de conseil et d'animation culturel du libraire. De tailles différentes, ces commerces de proximité jouent un rôle important d'animation dans les quartiers, les villes, les départements.


La situation en Alsace n'est pour l'instant pas dramatique, mais devient préoccupante. C'est ce constat, et plus encore l'absence jusqu'à peu de regroupement des libraires, qui a déterminé, au lendemain des Assises de la librairie à Lyon en 2011, deux libraires Fabrice Battesti de Pleine Page à Sélestat et Daniel Krieg de Libr'air à Obernai d'inviter l'ensemble des libraires indépendants de la région à une réunion. Objectif : s'unir et créer une association qui faisait jusque-là défaut. La plupart ont accueilli favorablement cette initiative. Ainsi est née en mai 2012 « A.LIR » pour Association des Libraires Indépendants du Rhin, acronyme évocateur (ne pas oublier le point entre le A et LIR) qui « laisse la porte ouverte à l'intégration d'autres librairies de départements et régions limitrophes, d'Outre-Rhin, de Suisse, du Luxembourg », précise le tout nouveau président d'A.LIR. À l'heure actuelle, plus d'une vingtaine de librairies ont rejoint l'association, dont une de Belfort.


Engager des réflexions thématiques


À la tête de A.LIR a été élu Dominique Ehrengarth, propriétaire de la librairie-papeterie du même nom ouverte depuis 1956. Un libraire expérimenté. « Je suis presque né sur le comptoir », résume-t-il. Président pendant plus de neuf ans de l'association des commerçants de Neudorf (de 1998 à 2007), ancien auditeur filiales avant de rejoindre la librairie de ses parents, Dominique Ehrengarth est un passionné de livres. Dynamique, déterminé, il a surtout beaucoup d'idées pour ancrer solidement l'association des libraires dans la région.


Dès l'assemblée constituante d'A.LIR, trois axes de réflexions et d'actions ont été mis en exergue. Le premier porte sur les nouvelles technologies. Selon le SNE (syndicat national des éditeurs), le numérique représente pour l'instant 1,8 % de part de marché en France. « C'est peu », reconnaît Dominique Ehrengarth, avant d'ajouter « mais on ne peut l'ignorer, car son développement est certain. Il faut donc réfléchir au livre du XXIe siècle ». Et surtout à la place qu'il aura dans le paysage des librairies en Alsace. Une des missions d'A.LIR est précisément de donner aux membres de l'association une information la plus complète possible sur les sujets d'actualité concernant la profession.


Le deuxième axe de réflexion d'A.LIR dans les prochaines semaines touche à la communication et aux animations en librairie. Tout d'abord avec la mise en place d'une publicité collective à l'ensemble des librairies indépendantes adhérentes. Est aussi fortement envisagé la création d'un site web pour l'association, avec une géolocalisation des enseignes, un agenda, des liens vers les sites des membres, et des pages intranet.


Le troisième axe, et non des moindres, aborde les usages commerciaux. Jusqu'à présent, chaque libraire gérait individuellement ses relations avec les fournisseurs (distributeurs, éditeurs), dorénavant, les libraires membres d'A.LIR entendent appréhender les questions de distribution, de transport, d'assurance, de marché public d'une seule et même voix. L'idée est de s'unir pour être plus fort et mieux entendu.


Réaffirmer le rôle de conseil et de passeur des librairies indépendantes


Le but d'A.LIR est bien évidemment de défendre les intérêts des libraires indépendants, et cela ne peut passer que par un regroupement et des actions communes, mais la volonté est aussi de rappeler le rôle de conseil, de passeur qui est le leur vis-à-vis de la clientèle. Ce rôle ne peut pleinement jouer que si le libraire a la possibilité d'offrir un fonds dans lequel il a le choix de son assortiment, ce qui lui permet de s'adapter plus aisément aux goûts de ses clients mais aussi de sélectionner des livres qui lui tiennent à cœur de faire découvrir.

 

La création de cette association totalement inédite en Alsace tombe à point. Car depuis le printemps 2012, l'État, par le biais de la Drac Alsace, et le Conseil régional, ont décidé de concert de mettre en place un contrat progrès. Ce contrat subventionné à parité par les deux administrations publiques doit permettre aux libraires, aux éditeurs et aux illustrateurs, chaque secteur regroupé au sein d'une association propre, de créer une structure confédérative en vue de la professionnalisation des acteurs du livre concernés et de l'élaboration de projets transversaux.


Eu égard à ces nouveautés, l'année 2013 promet d'être une année d'importantes évolutions dans la chaîne du livre en Alsace. Et qui sait, ces changements permettront-ils peut-être aux acteurs régionaux du livre de sortir de l'impasse dans laquelle ils se sentent souvent confinés.


Article et photo : Sandra Schuhler-Bastian