Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

 
les dessous du musée

Exposition photographique en cours : Les dessous du Musée 23/12/2012

Jusqu’au 31 décembre 2012, une exposition peu commune, se propose de visiter les dessous du musée Bartholdi.

Françoise Saur est une photographe alsacienne, née en Algérie en 1949. Depuis les années 70, elle a fait de sa passion pour la photographie un métier, et commence à exposer en France ainsi qu’à l’étranger. Des ouvrages, tels que Vosges terres vivantes, Femmes du Gourara

 

Elle choisit cette fois de photographier un lieu plutôt que des personnages :

« Les bâtiments anciens ont tous une âme. Ils bruissent des esprits de leurs habitants, des échos de leurs affections successives. Ils ont accumulé traces et strates de leur histoire. Au musée Bartholdi se découvrent même quelques signes de l’époque où le sculpteur vécut. La poussière s’est accumulée dans les greniers. Les pièces, jadis d’habitation, ont changé de fonctions et sont devenues salles d’exposition, réserves, bureaux… Il y a là de petits riens, parfois dérisoires, parfois somptueux ; des bribes ténues d’histoires révélatrices du temps qui passe, de l’usure, des réparations et de l’entretien. Les visiteurs n’en ont guère conscience : l’intime reste cahé, le voici mis en lumière. »

 

Espaces inaccessibles mis en exergue par l’œil avisée de Françoise Saur, le musée de Bartholdi se laisse découvrir d’une manière tout à fait nouvelle et originale, dans son intimité la plus pure.

L’artiste propose un parcours en étapes, à travers des séries thématiques : Drapés, Traces, Sièges, Sculptures, Emballages, Reflets, Objets.

Un inventaire qui permet de restituer l’âme de ces lieux marqués par l’usure du temps, le poids des souvenirs, un passé encore bien prégnant.

 

Françoise Saur est une héritière du courant de la photographie subjective d’Otto Steinert (1918-2002). On retrouve ainsi dans ses prises de vue une interprétation toujours sensible et personnelle.

 

Une belle façon de rendre hommage, à travers un travail minutieux de reconstitution d’une mémoire qui cherche à se souvenir, à recoller les pièces éparses d’un vécu lointain.

 

Des photographies qui ont une tâche difficile et ambitieuse : montrer le temps qui passe, et toutes ses conséquences. Les endroits les plus anodins apparaissent emplis d’une infinie poésie.

 

les dessous du musée 2

 

Où et quand ?

Au musée Bartholdi
30 Rue des Marchands
68000 Colmar
03 89 41 90 60

L’exposition a débuté en juin et durera jusqu’au 31 décembre.