Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

3 bis arcades

Attention, chantier en cours ! 20/12/2012

 

Depuis octobre 2010, la BNU de Strasbourg est en pleine rénovation : petite visite guidée dans ce somptueux édifice qui devrait ré-ouvrir ses portes pour la rentrée universitaire 2014.


 



 

Albert Poirot, administrateur de la BNU nous a gentiment conviées à la visite du chantier de la bibliothèque. Curieuses de nature et soucieuses de partager ces informations avec nos lecteurs, c'est munies de nos casques, de vêtements chauds et de nos appareils photo que nous nous sommes joint à ce périple vers la reconstruction. Nous vous proposons donc dans un premier temps de prendre connaissance avec les modifications du site puis nous vous montrerons en images les avancées du chantier !


La Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg regroupe un ensemble de trois bâtiments. Le premier date de 1895 et se situe place de la République, dans le quartier de la Neustadt. Dans la rue dà côté, le bâtiment Joffre s'est ajouté dans les années 70. Celui-ci héberge principalement l'administration, mais aussi certaines collections. Et à quelques rues de là, se trouve le bâtiment Fischart, qui regroupait il y a quelques temps une partie des archives départementales. Trois bâtiments qui abritent une collection monumentale d'ouvrages (plus de trois millions de documents!).

Pour la durée des travaux, il a fallu déménager les collections habituellement hébergées dans le bâtiment principal et colossal de la place de la République. Transférées en grande partie à Fischart et à Joffre, les collections sont telles qu'il a également fallu louer deux hangars à l'aéroport dEntzheim.

L'idée principale étant en effet de ne pas pénaliser les travaux et recherches universitaires, en laissant accessible un maximum d'ouvrages, grâce au système de navettes venant de l'aéroport. Les adeptes de la BNU peuvent ainsi continuer à consulter et emprunter un bel ensemble de collections, mises à disposition dans les différentes annexes temporaires.


Pourquoi rénover la BNU ?


En octobre 2010, nous apprenons que ça y est, la BNU va fermer temporairement ses lourdes portes pendant quelques années, pour rénovation. Cela faisait longtemps qu'on en parlait, oui, mais pour quelles raisons ?

Tout d'abord, il faut prendre en compte le fait que ce bâtiment fait partie intégrante du patrimoine historique de la ville de Strasbourg. En somme, un édifice précieux de par son histoire, mais également d'une superbe architecture, la BNU fait partie des bâtiments « intouchables » de notre région. Et si des rénovations demeurent nécessaires, celles-ci ne doivent en rien changer la façade de notre bibliothèque.

Cependant, la BNU reste un bâtiment ancien, et de ce fait, elle ne répond plus aux normes sécuritaires en vigueur. Il fallait en effet plus de dix minutes pour quitter l'édifice en cas dincendie, soit beaucoup trop de temps selon les pompiers. Les dalles étaient à refaire.

De plus, il fallait également revoir le système de conservation, le bâtiment étant trop sensible aux variations thermiques, ce qui est aisément imaginable au vu de la grandeur des lieux, les livres pouvaient souffrir d'importantes dégradations.

D'un autre côté, les rénovations intérieures de la BNU donnaient une opportunité plus que nécessaire à la bibliothèque : celle d'un indéniable gain de surface. Auparavant nous pouvions compter 500 places, et lorsque la BNU ouvrira à nouveau ses portes, nous pourrons désormais en compter 660 ! Et si cela peut sembler beaucoup pour les périodes estivales, ce gain de places sera plus que bénéfique aux étudiants durant la période des vacances de Noël, durant laquelle toutes les autres bibliothèques universitaires sont la plupart du temps fermées.

L'objectif étant également d'ouvrir la BNU le dimanche pour permettre aux étudiants et chercheurs de travailler dans un cadre agréable, si cela ne leur est pas toujours possible chez eux, ou encore avoir accès aux ressources bibliographiques. De plus, fermer la BNU le dimanche semblait réellement dommageable, au vue des expositions qui y sont régulièrement entreposées, la majorité du public ne pouvant se déplacer que le dimanche, jour de repos.

Malgré tout, ce gain de places ne semble de loin pas phénoménal à la BNU, qui a plus que conscience de la limite de ce projet d'extension. En effet, les collections s'étendant de 1,25 km linéaire par an, nous  pouvons estimer que d'ici dix ans, il n'y aura à nouveau plus de place, mais les collections de la BNU seront quant à elles de plus en plus riches !

Enfin, l'un des objectifs, et non des moindres, de la BNU, serait de passer de 30 000 usuels à 200 000 usuels accessibles directement au public. Une promesse ambitieuse et réjouissante pour le public de cette nouvelle BNU !

Un patrimoine à valoriser.

Situons la BNU dans le paysage culturel français pour commencer. Deuxième bibliothèque de France après la BNF située à Paris mais aussi première bibliothèque denseignement supérieur, la BNU et ses collections font parties des plus prestigieuses de France.

Une des idées les plus développées quant à  la valorisation de ce patrimoine est l'idée quil faut montrer la diversité et la pertinence de ces richesses à travers une nouvelle organisation des infrastructures mais aussi à travers le développement de l'événementiel. Aussi, la rénovation servira à augmenter le nombre d'expositions accessibles au plus grand nombre. Effectivement,  vivement sollicitée, la BNU est déjà bouclée au niveau des expositions jusquen 2017. Le site devrait également rendre accessibles les parties habituellement fermées au public lors des journées du patrimoine mais aussi organiser des actions culturelles. Elle créera également de nouvelles structures. Un espace dexpositions en U devrait permettre d'accueillir deux événements à la fois et des auditoriums verront le jour pour accompagner les collocs.

La bibliothèque a aussi pour ambition de devenir la bibliothèque la plus ouverte de France. Déjà aussi ouverte que Sainte Geneviève à Paris, elle aimerait encore ouvrir le dimanche.

La BNU, attentive à ses lecteurs aimerait rendre le contact humain plus important. En effet, ses dirigeants entendent en faire en partie un espace de convivialité et de rencontres avec la construction d'une cafétéria digne de ce nom. La bibliothèque, lieu de savoir, deviendra aussi un endroit de détente et de rencontres lors des pauses que chacun s'octroie entre les moments de recherche et de réflexion.

Quelles modifications pour le bâtiment place de la République ?

En pleine rénovation, si la façade n'est pas soumise à des modifications, c'est un intérieur radicalement nouveau qui est en train de voir le jour. Toutefois, la BNU aura pour particularité son ancrage dans deux temps discontinus : entre Histoire et modernité. A cet égard, rappelons que toutes les peintures avaient été supprimées lors de la Seconde Guerre Mondiale. Monument ayant subi les affres des guerres, il subsiste pourtant certaines traces de son histoire.

L'agence Nicolas Michelin et Associés, qui a remporté l'appel d'offre et s'occupe du site, présente certains changements à venir. Le cabinet d'architectes veut maintenir la coupole visible en conservant l'alternance entre parties vitrées et parties fermées. De plus, un escalier central et imposant recouvert de pierres permettra l'accès aux différents étages et desservira les nombreuses salles de lecture et de travail ainsi que les divers magasins. Très moderne, ce dernier sera à l'image des modifications effectuées dans le bâtiment place de la République. Toutefois, en accord avec la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), deux niveaux de magasins anciens seront conservés. Ce sont  les plus hauts qui ont été choisis, les piliers d'époques seront ainsi laissés apparents. De la même façon, les arches traditionnelles de l'ancienne grande salle de lecture de la BNU seront rénovées et conservées.

A l'extérieur, le site sera soumis à quelques rafraîchissements avec le nettoyage des sculptures et la rénovation de certaines d'entre elles donnant sur la rue Joffre et sur l'avenue Schelcher.

 

Voici venu le moment de vous montrer les avancées des travaux du bâtiment principal et rappelons que les travaux sur le site devraient encore durer à peu près deux ans. Petite visite du rez-de-chaussée jusqu'au dernier étage.




0 Entrée principale
Vous vous rappelez ? Ici se situe l'entrée principale. Pleins de débris en attendant la nouvelle entrée, qui restera relativement similaire à l'ancienne.


0 Escalier central
Face à l'entrée principale se trouve l'escalier central.


1 etage
Nous voilà arrivées au premier étage (juste après les escaliers vus précédemment)


2 atelier de restauration
Ci-contre un atelier de restauration ayant pour but de maintenir les ouvrages en l'état.


3 salle de lecture arcades conservées
Voici la salle de lecture. Les arches seront conservées.


4 sous la coupole
Sous la coupole, nous pouvons nous rendre compte de la hauteur de la BNU.


5- magasin moderne de stockage
Un magasin "moderne" de stockage très lumineux. Ici seront conservés de nombreux ouvrages. Il ne sera pas ouvert au public.


6- restition de la biblio 1895 historique
Un des magasins avec les piliers d'époque conservés. Ici seront conservés les ouvrages qu'il faut maintenir en position couchée.


8 vue d'en haut
Vue d'en haut. De part et d'autre, les différents magasins. Nous sommes dans les hauteurs de la BNU.


9 salles de lecture autour de la grde verrière
Nous voilà face aux salles de lecture qui se répartissent autour de la grande verrière.


10système d'aération de conservation
Et enfin, le système d'aération qui permet une meilleure conservation !


Propos: Reymann Mélissa et Feireisen Camille