Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

 Musée Lalique à Wingen-sur-Moder

Voyage dans l'univers Lalique 20/09/2011

Après seulement deux mois d'ouverture, le tout nouveau musée Lalique, situé à Wingen-sur-Moder, labellisé « Musée de France », a déjà accueilli plus de 30 000 visiteurs.

Ambiance sobre et élégante pour ce premier musée français dédié à René Lalique (1860-1945), un des plus grands créateurs de l'Art nouveau puis de l'Art Déco, une ambiance qui sied parfaitement aux objets dessinés et façonnés par un homme perpétuellement à la recherche de l'originalité et du beau, sans ostentation aucune.

Service Nippon © Studio Y. Langlois - Musée Lalique

© Studio Y. Langlois - Musée Lalique


Dès le hall d'accueil, le visiteur pénètre dans l'antre Lalique. Un monumental lustre créé, en 1951 par le fils Marc, donne le ton. Relégué pendant 60 ans, faute de place pour être exposé, dans les réserves du musée des Arts décoratifs de Paris, le lustre retrouve à présent une seconde vie. Ses dimensions donnent le vertige : 1,7 tonne, trois mètres de haut, 300 pièces dont 60 ont dû être entièrement refaites et 60 autres restaurées.

Une scénographie moderne

Une galerie de circulation permet de rejoindre l'espace d'exposition permanente du musée, et de découvrir au passage un superbe jardin floral dont les parterres représentent des branches d'orchidées sur un tapis de graviers blancs, sorte de jardin intérieur, clôturé par les bâtiments du musée composés des murs de l'ancienne halle d'étendage du site verrier, espace réhabilité, et de constructions nouvelles.

Après avoir franchi une porte, on est "accueilli" par un portrait sur pied de René Lalique tenant une de ses œuvres, le vase Bacchantes. Puis ce sont près de 600 pièces, toutes plus belles et plus prestigieuses les unes que les autres qui attendent le visiteur. Une scénographie thématique dans un axe chronologique s'étend sur 900 m² d'espace ouvert sur fond noir pour mieux faire apprécier les réalisations de René Lalique, sa foisonnante créativité, mais aussi les œuvres de ses successeurs, Marc et Marie-Claude.

C'est à un véritable voyage auquel le visiteur du musée est convié, voyage dans le temps, dans les arts, voyage à travers l'évolution des techniques, voyage encore par le biais de l'éclectisme des objets.

Serre-livres Rêverie © Lalique SA  Ornement de corsage Jasmin © Lalique SA

 © Lalique SA


 Les « 3 F » de Lalique : femme, faune, flore

Fasciné par la nature, René Lalique puise son inspiration dans l'observation de la faune et de la flore; et très sensible à la beauté de la femme, il a l'audace, pour l'époque, d'utiliser le corps féminin comme élément d'ornementation.

L'inventeur du bijou moderne connaît l'apogée de sa carrière en tant que joaillier (broches, boucles de ceinture, faces à main, colliers, ...) lors de l'Exposition universelle de 1900. Quelques années plus tard, las d'être plagié, il se tourne vers d'autres créations. Le verre l'attire. Il se lance alors dans la réalisation de flacons de parfum, puis des arts de la table, de vases, luminaires et même d'objets de l'art sacré. La transparence du verre le fascine. Le succès est à nouveau au rendez-vous. L'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925 y contribue. Sans compter ses nombreuses rencontres, autant d'amis voire de mécènes, parmi les artistes en vogue, comme Sarah Bernhardt qui portera des bijoux Lalique, des souverains et princes, le magnat du pétrole, Calouste Gulbekian, et bien d'autres encore que l'on rencontre au grès de photos tout au long du parcours muséographique.

Flacon méplat Deux Figurines © Lalique SA

© Lalique SA


Ce parcours, fluide et rythmé, offre de belles découvertes et des émotions esthétiques. Tout le savoir-faire de René Lalique est représenté là, de même que le tournant assuré par son fils Marc en faisant entrer la maison Lalique dans l'ère du cristal, au lendemain de la disparition du maître. La cristallerie Lalique, dont l'unique usine au monde se trouve précisément à Wingen-sur-Moder, fait alors son entrée parmi les grandes cristalleries françaises et étrangères. Elle est reconnue comme une marque de luxe française.

La dernière étape de la scénographie met en avant, au travers d'un film sur la Manufacture, l'excellence du travail des maîtres verriers actuels, dont une dizaine comptent parmi les Meilleurs Ouvriers de France