Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

La Dernière Goutte - Couverture Fernanda Garcia Lao

La Dernière Goutte, éditeur aux choix raisonnés 30/09/2011

D'aucuns ont parfois tendance à cataloguer un peu rapidement les éditeurs alsaciens dans la rubrique régionaliste. Ils ont tort, preuve en est avec la maison d'édition La Dernière Goutte.

Petite maison d'édition par la taille, grande par la qualité des textes publiés, La Dernière Goutte est née d'une passion de la part de deux Strasbourgeois, Nathalie Eberhardt et Christophe Sedierta, pour la littérature, en général, pour les mots choisis, l'humour noir, un ton grinçant, de manière plus spécifique.

Née en 2008, La Dernière Goutte dispose à ce jour d'un catalogue de quinze ouvrages, ce qui correspond à la parution de quatre livres par an, mais prévoit, pour à partir de 2012, d'en publier cinq. « Notre programme éditorial est plein jusqu'en 2014 », enchaîne Christophe Sedierta. Il n'est pourtant pas question d'augmenter davantage la production. « Pour des raisons de gestion, d'abord, et puis parce que cela pourrait passer pour un manque de sérieux; les libraires penseraient que la qualité de nos livres baisse », confie-t-il.

« Notre choix est de s'ouvrir sur le monde »


Les propositions de manuscrits ne manquent pas, deux cents textes arrivent directement chaque année chez l'éditeur desquels, généralement, un seul est accepté. Il en a ainsi été de L’Imposture, d’Anne Gallet et Isabelle Flaten, de L’Allégresse des Rats, de Marie-Agnès Michel, de L'Homme de trop, de Thierry Aué. Des auteurs français – ils ne représentent qu'un tiers des écrivains publiés par La Dernière Goutte – et des auteurs étrangers (argentins, allemands, italiens, hongrois, belges). « Notre choix est de s'ouvrir sur le monde ». Et d'ajouter : « Nous voulons offrir au lecteur des textes plaisants qui bousculent le lecteur, tant par le style que par l'histoire racontée, des textes qui donnent envie d'être relus et d'être conseillés ».

Nathalie Eberhardt et Christophe Sedierta sont de grands lecteurs, ils disent lire de tout et souvent en version originale, maîtrisant l'un et l'autre plusieurs langues étrangères. C'est ainsi qu'au gré de leurs lectures, ils avaient découvert un livre de Jacob Wassermann, écrivain allemand du XXe s., roman dont la traduction assurée par Nathalie Eberhardt et Dina Regnier Sikirić sous le titre de L'Affabulateur a rejoint le catalogue de la Dernière Goutte en 2010.

« L'édition est une façon de rencontrer les autres »


Parfois, ce sont des amis, connaissant parfaitement leur ligne éditoriale, qui leur conseillent tel ou tel homme de plume, en devenir ou déjà confirmé. Silvio Huonder, romancier allemand d'origine helvétique est à citer ici avec Adalina, un roman plein de poésie. Mais aussi Fernanda García Lao, comédienne et dramaturge argentine, dont la parution de La Faim de Maria Bernabé est annoncée pour le 6 octobre.

La Dernière Goutte - Couverture Fernanda Garcia Lao        La Dernière Goutte - Couverture Tibor Déry



C'est après avoir édité Les Enfants disparaissent, la traduction française du roman du journaliste et scénariste argentin Gabriel Bañez, écrivain qui a marqué la vie littéraire de son pays et qui a obtenu plusieurs prix, que La Dernière Goutte s'est intéressée à Fernanda Garcia Lao. Les Argentins découvrant cette petite maison d'édition française et l'intérêt qu'elle porte à leur littérature, lui ont alors adressé des livres d'autres auteurs de la veine des grands écrivains contemporains.

Avec pour philosophie que « l'édition est une façon de rencontrer les autres », les fondateurs de La Dernière Goutte réussissent à créer un réseau relationnel de qualité, que ce soit avec les auteurs, les traducteurs, les libraires, et bien évidemment avec les lecteurs, basé sur le professionnalisme (une charte graphique et une mise en page soignées), l'amour de beaux textes, au style acéré et vif, des univers forts, grotesques, bizarres ou sombres.

Et parce que « en littérature, un livre ne se démode pas », Christophe Sedierta et Nathalie Eberhardt mettent un point d'honneur « à défendre tous [leurs] auteurs de la même façon, avec la même énergie ». Pour cela, ils s'appuient sur les libraires, qu'ils considèrent comme les premiers prescripteurs, et sur les régulières rencontres avec les lecteurs.

Si, comme moi, il vous vient l'idée de vous interroger sur le nom « La Dernière Goutte », sachez que liberté est donnée à l'interprétation que vous voudrez en faire. Pour vous mettre sur la voie, deux mots : urgence et engagement.

À paraître prochainement aux éditions La Dernière Goutte:
  • La Faim de Maria Bernabé, de Fernanda García Lao, à partir du 6 octobre 2011
  • Derrière le mur de briques, de Tibor Déry, à partir du 3 novembre 2011.
Les éditions La Dernière Goutte sont inscrites dans l'annuaire des acteurs du livre Alsatica