Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

Francine Bibian, lauréate du prix de la Ville de Colmar au stand de son éditeur_copyright F Jeudy

Créer des passerelles, l'atout du Salon du livre 02/12/2011

La 22e édition du Salon du livre de Colmar s'est clôturée. Outre ses points forts, l'édition 2011 présentait deux nouveautés.

Recentré sur trois halls pour la deuxième année consécutive, le Salon du livre de Colmar fait la part belle à la production éditoriale de la région tout en restant ouvert aux auteurs nationaux et d'autres régions.  « Proposer une offre qui soit large et créer des passerelles constituent les points forts de l'événement », souligne la commissaire du Salon, Isabelle Ramon. Donner une image décomplexée du livre et de la lecture fait partie des objectifs. Et le résultat est probant dans la mesure où le public est essentiellement constitué de familles. « C'est un événement grand public attendu par les Colmariens », renchérit Isabelle Ramon. De celui qui découvre le plaisir de la lecture à la personne savante, chacun peut y trouver satisfaction.

Une étude a été réalisée par la Ville de Colmar pour cerner la provenance des visiteurs, mais à la clôture du Salon « il est trop tôt pour connaître avec exactitude les résultats ». Il n'en demeure pas moins que le Salon attire foule (plus de 25 000 visiteurs, cette année) : des enfants aimantés par les stands jeunesse et les nombreuses animations proposées; les curieux, comme ce couple du Massif central qui, au détour d'une visite du marché de Noël de Colmar, a décidé de faire une halte au parc des expositions pour découvrir le Salon du livre; ou cette dame qui profite de l'événement parce que le choix y est large et que les fêtes de Noël sont proches. De nombreux visiteurs sont des fidèles de la manifestation, ils viennent voir les nouveautés, acheter le dernier livre de leur auteur fétiche et bien sûr se le faire dédicacer.

Francine Bibian, lauréate du prix de la Ville de Colmar au stand de son éditeur_copyright F Jeudy

Francine Bibian, lauréate du prix de la Ville de Colmar sur le stand de son éditeur.
Crédit photo : Françoise Jeudy


Des rencontres avec l'Histoire


Deux nouveautés ont marqué la 22e édition du Salon du livre de Colmar, tout d'abord la présence non loin du Café littéraire d'un Café de l'Histoire. Pour Isabelle Ramon, il s'agit de « rendre plus vivant la recherche historique en Alsace et les publications qui en découlent ». Organisé par la Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie d'Alsace (FSHAA), conférences, stammtisch, présentations de livres en lien avec l'histoire régionale se sont succédés tout au long du week-end et ont permis au public d'écouter et de questionner des historiens édités ou publiés dans la Revue d'Alsace, publication de la FSHAA. Avec un format court, 30 minutes par intervention, et donc une rotation importante, la formule semble plaire. Les sujets traitant de la période de la guerre attirent le public de manière encore plus tangible. « Il est vrai, reconnaît Isabelle Ramon, que l'histoire est une passion alsacienne », le nombre important de sociétés d'histoire sur le sol alsacien (plus d'une centaine) en atteste.

« L'Autre Salon » : zoom sur les fanzines et l'édition artisanale


Autre nouveauté cette année au Salon du livre de Colmar : « L'Autre Salon ». Porté par la fédération Hiéro Colmar et plus spécifiquement par deux jeunes femmes, Julie Goulon et Clémentine More, le projet était de mettre à l'honneur au sein du Salon du livre les qualités créatives d'illustrateurs réunis en collectifs. Bien que s'illustrant dans un secteur voisin, les musiques actuelles, Hiéro revendique une attache particulière avec d'autres milieux artistiques. Quand on s'interroge sur l'existence d'un lien avec le livre, Julie Goulon répond placidement : « Il y a un lien direct entre le disque et le fanzine et entre les fanzines et les livres ».

L'Autre Salon, place aux illustrateurs et à l'édition artisanale

L'Autre Salon, place aux illustrateurs et à l'édition artisanale. Crédit photo : Sandra Schuhler-Bastian


Au printemps dernier, les grandes lignes de « L'Autre Salon » dessinées, les deux jeunes femmes ont contacté différents collectifs alsaciens d'édition. Ces derniers, demandeurs d'une telle organisation, par le biais de l'association Central Vapeur, ont répondu présent. Selon Sylvain-Moizie, illustrateur, professeur à l'école de bande dessinée de Strasbourg, fondateur de l'Institut Pacôme, un des collectifs de la micro-édition artisanale, également présent sur « L'Autre Salon », « chaque année se crée de nouveaux collectifs de fanzine qui permettent de proposer des choses nouvelles ». Tout est réalisé à la main, y compris l'édition. Et pour mieux faire comprendre le métier de ces artistes, deux ateliers occupaient une partie de l'espace dédié au Salon dans le Salon : un atelier de typographie, animé par l'association Papier Gâchette, et un autre portant sur la bande dessinée et le Popup, deux animations qui ont enchanté petits et grands.


Crédit visuel d'aperçu : Françoise Jeudy
Article : Sandra Schuhler-bastian