Alsatica | Portail des Savoirs en Alsace (retour accueil)

Une exception a été lancée : indexer_SolrServerRequest::execute (URL = http://10.128.1.35:8070/solr/select?q=(%2A%3A%2A)&start=0&rows=0&fl=*,score&fq=((document_accessor%3A0))) failed with error number 7

Tambov - Couverture du livre

Tambov : Révélations des archives soviétiques 13/12/2010

Les éditions la Nuée Bleue viennent de publier un livre richement documenté et illustré, écrit par un collectif d'auteurs spécialistes du sujet, Tambov.

Tambov. Le nom symbolise dans la mémoire collective le drame de l'incorporation de force, l'internement des prisonniers de guerre originaires d'Alsace et de Moselle ayant combattu sous l'uniforme allemand.

Historiens, chercheurs, journalistes, témoins, élus, tous fins connaisseurs de la période de la seconde guerre mondiale et de l'incorporation de force, soit une douzaine d'auteurs, ont participé à l'élaboration de ce livre de synthèse sur ce que fut l'histoire du camp de Tambov.

Depuis les années cinquante, de nombreux ouvrages sur les Malgré Nous et sur Tambov ont été publiés. Livres témoignages mais aussi livres écrits par des historiens.

De nombreux documents inédits ...


Mais Tambov est plus qu'un simple ouvrage sur les Alsaciens et les Mosellans incorporés de force dans la Wehrmacht puis faits prisonniers dans les camps soviétiques. Il met en lumière des éléments nouveaux sur l'environnement, l'organisation et l'histoire de ces camps. Ces nouvelles informations ont été rendues possibles grâce à l'ouverture récente des archives russes, d'abord seulement quelques documents, puis, enfin, un nombre beaucoup plus important. C'est ainsi que 4 000 pages ont pu être intégralement numérisées puis traduites. Ces archives ont également le mérite de révéler le point de vue des autorités soviétiques de l'époque.

Sur les quelque 120 000 incorporés de force, 40 500 ont disparu, morts sur le front ou lors de leur captivité ; 15 000 Alsaciens et Lorrains ont été internés, principalement au camp de Tambov. D'après les historiens et la révélation des documents d'archives, ce seraient près de 2 000 Français devenus allemands par la volonté de l'occupant, qui ont péri dans les camps soviétiques.

Plus que des chiffres, les conditions de vie relatées montrent la dureté, l'enfer vécu par les hommes, un froid polaire, l'absence de nourriture, des conditions d'hygiène plus que rudimentaires, les maladies, les brimades. Les archives apportent un éclairage supplémentaire sur le fonctionnement du camp de Tambov, situé à plus de 400 km au sud-est de Moscou, d'abord centre de filtrage avant de devenir un camp d'internement, mais également de tous les autres camps soviétiques où des Alsaciens et Mosellans ont été détenus. 

Un livre richement illustré de dessins et croquis de prisonniers


Richement illustré de dessins et croquis d'anciens prisonniers, le livre présente de façon inédite les documents, exhumés des archives grâce aux négociations soutenues d'élus et d'associations venus en délégations à Moscou pour obtenir copie des dossiers personnels des prisonniers. C'est ainsi que le département du Haut-Rhin a réussi à collecter une base de données de 33 000 noms de Français internés. « Ce répertoire a ensuite été vérifié, et sur plus de 30 % des cas, il a été possible d'obtenir des informations nouvelles », explique Jean-Luc Eichenlaub, directeur des Archives départementales du Haut-Rhin.

Tambov - Auteurs du livre

Jacques Fortier, venu présenter au Salon du Livre de Colmar 2010 Tambov avec plusieurs autres co-auteurs, dont Alphonse Troestler (au milieu) et Émile Roegel (à droite).



Il a fallu attendre quasiment soixante-cinq ans pour qu'enfin les « anciens de Tambov » soient reconnus comme des victimes du nazisme, déplore Émile Roegel, lui-même un « ancien ». Pourquoi un tel délai ? Alphonse Troestler, délégué à la Mémoire régionale, avance plusieurs éléments de réponse : « Le drame de l'incorporation de force a toujours été considéré en France comme un drame régional et non national » ; longtemps, s'est imposé le refus de reconnaître aux incorporés de force le statut de victime du nazisme et ce, en raison d'une « culture jacobine » bien française ; le problème de Tambov, et des disparus de Tambov, demeure encore méconnu au-delà des Vosges.

La lecture de Tambov trouve donc là tout son intérêt : informer les générations qui n'ont pas connu cette période.

Et pour qui veut aller plus loin dans cette quête de compréhension d'une page importante de l'histoire nationale, une exposition fort intéressante se tient actuellement au Mémorial de l'Alsace-Moselle de Schirmeck sur le sujet.


Tambov, éditions La Nuée Bleue, 143 pages. 25 €